Carcassonne : en l'absence de touristes, les guides-conférenciers s'inquiètent pour l'avenir de leur métier

Après un an de restrictions, les professionnels du tourisme attendent toujours une véritable reprise. Emploi du temps incertain, précarité, voire abandon du métier... La suspension de leur activité pourrait avoir des conséquences à long terme. 

Faute de clientèle étrangère, les guides-conférenciers de Carcassonne s'efforcent de maintenir leur activité avec des visites scolaires et des groupes restreints - mars 2021.
Faute de clientèle étrangère, les guides-conférenciers de Carcassonne s'efforcent de maintenir leur activité avec des visites scolaires et des groupes restreints - mars 2021. © FTV / Frédéric Guibal

Depuis 11 ans, Anna Philippe est guide-conférencière à Carcassonne. Diplômée d'histoire de l'art et de lettres modernes, cette passionnée d'architecture n'avait jamais traversé un tel désert. "Ici, d'habitude, même une semaine sans visite, c'est inimaginable", explique-t-elle. Et pourtant, cela fait un mois qu'Anna n'a pas guidé un groupe dans les ruelles de la Cité. "Entre décembre et février, il y a bien sûr moins de travail, mais le flux touristique reste toujours important.

Des visites annulées ou sous contrainte

Or, le secteur a été frappé de plein fouet par la pandémie. Avec les confinements et la fermeture des frontières, le flux de touristes s'est tari depuis un an. 

Au cours de l'été, les guides-conférenciers ont pu respirer un peu  et reprendre les visites. Mais à ce jour, leur activité est toujours limitée à des groupes de trois à cinq personnes

Nous n'avons toujours pas de nouvelles réservations... Et surtout, pas des groupes. Quelques personnes se manifestent pour des visites privées, mais ça se compte sur les doigts d’une main… C'est extrêmement difficile.

Gwen Barbette, guide-conférencière à Carcassonne. 

Seuls les groupes scolaires permettent aux guides de retrouver une pratique presque normale. 

C'est à un groupe d'élèves qu'Anna Philippe, guide-conférencière, peut à nouveau partager sa connaissance des remparts de Carcassonne.
C'est à un groupe d'élèves qu'Anna Philippe, guide-conférencière, peut à nouveau partager sa connaissance des remparts de Carcassonne. © FTV / Frédéric Guibal

L'absence de touristes étrangers, difficile à compenser

Habituellement, les touristes étrangers représentent 70% de la demande de visites guidées. Leur absence représente un manque à gagner conséquent, et incite les guides-conférenciers à se renouveler pour attirer une clientèle plus locale

"On essaye vraiment de se diversifier", explique Jules Gendron, guide-conférencier.

On a passé toute cette période de creux à chercher des nouveautés pour que ce soit intéressant et vivant, à défaut d’avoir une clientèle étrangère qui nous permet de remplir notre activité comme on le faisait habituellement.

Jules Gendron, guide-conférencier

Un métier en péril

Pour l'instant, les aides gouvernementales permettent aux guides de tenir. Mais la reprise inquiète les professionnels. L'incertitude et l'impossibilité de se projeter fragilisent le métier. En septembre dernier, une partie des professionnels s'était mobilisée à Strasbourg, Rennes ou encore Avignon. Au mois de janvier, ils se rassemblaient à nouveau pour interpeller la ministre du Travail Elizabeth Borne et le secrétaire d'Etat au tourisme Jean-Baptiste Lemoine sur leur précarité grandissante.

Selon une étude de leur fédération, un guide-conférencier sur deux envisagerait de changer prochainement de métier.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme économie emploi loisirs sorties et loisirs covid-19 société patrimoine culture histoire