• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Une Carcassonnaise Meilleur Ouvrier de France Primeurs

© F3 LR
© F3 LR

Florence Carayon vend des primeurs à Carcassonne. Sacrée Meilleur Ouvrier de France lors de la première édition du concours, en 2011, elle faisait partie du jury de la 2ème promotion, ce mercredi, à Rungis

Par Valérie Luxey

A Carcassonne, les meilleures tables sont ornées des corbeilles de fruits et légumes préparées par Florence Carayon et son mari. Dans ses 2 boutiques, "Le Fruitier" et "Le Jardin du fruitier", elle ne quitte jamais sa blouse brodée, symbole de son sacre.
C'était en 2011 : Florence Carayon décrochait le titre de Meilleur Ouvrier de France (MOF) Primeurs en compagnie de 4 autres professionnels français. Les photos de sa victoire et de sa réception à l'Elysée s'affichent encore aujourd'hui sur son site Internet.

Changer la vision du métier

Elle explique : "Le titre de MOF a changé la relation avec mes clients, des particuliers et des restaurants étoilés ou plus simples, qui ont retrouvé le goût du terroir". Elle ajoute : "C'est notre métier de connaître les bons producteurs, de savoir comment ils travaillent". 
Pour ça, Florence Carayon visite régulièrement les vergers et les maraîchages du Languedoc-Roussillon, à la recherche des meilleurs fruits et légumes. C'est ce savoir-faire et cette passion qu'elle espère aujourd'hui transmettre, en participant au jury de la seconde édition du concours de Meilleur Ouvrier de France  Primeurs. Elle y était juge mais n'avait pas l'autorisation de conseiller les candidats.

Les épreuves qualificatives et très sélectives avaient lieu ce mercredi matin à Rungis.

26 professionnels y participaient.

  • Première épreuve : réaliser trois présentations de produits dans un seau, une assiette carrée noire et un carton à chapeau.
  • Ensuite, interrogation écrite sur la culture et les traditions des fruits et légumes. Les candidats ont aussi été "cuisinés" sur leur maîtrise technique, sur les règles d'hygiène, sur les techniques de préparation et de transformation et sur leur connaissance de la filière.
  • La 3ème partie les mettait à l'épreuve sur l'aspect "vente" de leur métier.
  • Enfin, les prétendants devaient apporter au jury une sélection de produits haut de gamme, terroir et entrée de gamme, dégustés par les jurés à huis-clos.
Résultats dans un an

Les résultats de ce concours seront connus au printemps 2015, au terme d'une série de 4 épreuves. Avec, à la clé pour les gagnants, un diplôme d'État de l'Éducation nationale équivalent à Bac + 2. L'Union Nationale des Syndicats de Détaillants en Fruits, Légumes et Primeurs (UNFD) espère aussi que la refonte en cours des baccalauréats professionnels conduira à l'ouverture d'une formation "primeurs" complète, de la production à la vente au détail.

Sur le même sujet

Sète et les Morello : une histoire de famille

Les + Lus