DÉCOUVERTE. Un gin produit avec les petites baies des arbres sauvages du Larzac, une première pour ce spiritueux 100% local

Depuis quelques mois, des producteurs de plantes aromatiques et spiritueux de l’Aveyron se sont lancé un nouveau défi : concevoir un gin avec des ingrédients 100% locaux dans leur ferme du Larzac. Après quelques mois de travail, la première cuvée est née.

On connaissait le vin aveyronnais. Il faudra désormais compter avec le gin aveyronnais. La première cuvée de ce spiritueux 100% local vient de sortir dans une ferme du Larzac. Un sacré défi pour ces producteurs des Causses.

Du genévrier au gin

C’est une histoire, qui commence par ces arbres sauvages du Larzac. Sur les branches, des milliers de petites baies attendent d’être ramassées. Il y a quelques mois, plusieurs producteurs de plantes aromatiques ont décidé de les mettre à contribution.

"Il faut arriver à repérer les arbres sur lesquels on a des baies qui sont mûres", explique Romain Debord, producteur de plantes aromatiques. "Car le genévrier a un cycle de deux ans. La première année, la baie va se former et elle va rester verte. L'année suivante elle va mûrir et devenir noire."

Le tri pour la qualité

Et le travail ne fait que débuter. Les précieuses baies sont ensuite triées, puis séchées. Elles sont à nouveau triées, jusqu’à obtenir un mélange uniforme. Un travail de patience, car la qualité du spiritueux va dépendre de ce mélange. 

"Là on voit par exemple une cueillette avant le tri", raconte Romain Debord. "On a surtout des baies grises, qui correspondent à des baies de l'année précédente et qui, elles, renferment ce que l'on appelle des faux goûts, pas très bons. Nous, ce qu'on recherche, c'est surtout de la baie bien noire et bien mûre".

Un spiritueux 100% aveyronnais

Les baies de genièvre sont indispensables à la création du gin, obtenu grâce à leur macération dans l’alcool. Un liquide, distillé dans ces machines âgées de plus d’un siècle. Mais le processus est lent et la production réduite. Une cuvée ne représente que 400 bouteilles. 

"L’idée de ce Gin, c'était vraiment de valoriser les plantes que l'on trouve sur le Causse aveyronnais",  précise Marion Renoud-Lias, productrice de plantes aromatiques "Et pour faire son identité, sa particularité, on a rajouté une dizaine de plantes, qu'on cultive aussi sur la ferme et notamment le thym des causses".

Une recette 100% locale qui remporte un franc succès. Une seconde cuvée est d’ores et déjà prévue. À consommer bien sûr avec modération.