Hausse des effectifs, réorganisation : on vous explique pourquoi ces pompiers sont en grève

Les pompiers de l'Aveyron sont en grève depuis le lundi 19 février 2024. Au cœur de leur revendication, le non-respect des engagements pris par le conseil d’administration du SDIS au sujet de l’augmentation de leurs effectifs professionnels.

À l'appel de l'ensemble des organisations syndicales représentants tous les personnels du SDIS de l'Aveyron (Force Ouvrière, CGT, et Avenir Secours) ont lancé un mouvement de grève depuis ce lundi 19 février 2024. Un mouvement très suivi par l'ensemble des sites employant des pompiers professionnels dans le département à l'exception de Viviez où ils sont toujours mobilisés sur l'incendie gigantesque d'une usine de batteries qui brûle depuis samedi dernier.  

Non-respect des engagements sur les effectifs

Ils protestent ainsi contre le non-respect des engagements pris par le conseil d’administration du SDIS au sujet de l’augmentation du nombre de sapeurs-pompiers professionnels dans les centres de secours. "Ces augmentations d’effectifs, validées il y a à peine deux ans par cette même instance doivent permettre aux centres de secours de répondre de manière efficace à l’activité opérationnelle et de soutenir les centres de secours volontaires qui connaissent des difficultés dans leur disponibilité", précise un communiqué.

À lire : Incendie de batteries au lithium. "Vous avez sacrifié nos enfants" : inquiets pour leur santé, des habitants mettent la pression sur les autorités

Ils s'inquiètent également de la volonté politique de réorganiser la structure du SDIS "afin de se rapprocher des problématiques territoriales". "Si cette réorganisation nous apparaît nécessaire, il apparaît impensable que l’on puisse augmenter significativement la charge de travail des personnels administratifs et de l’encadrement afin de nourrir ces ambitions sans affecter des moyens humains supplémentaires en conséquence", expliquent les syndicats.

Hausse des rémunérations 

Dans un second temps, ils souhaitent que les négociations au sujet de la hausse des rémunérations, et l’extension des avantages sociaux "puissent aboutir afin de compenser l’élévation du coût de la vie ces dernières années". 

Une nouvelle rencontre est prévue lundi 26 février 2024.