• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Gard : le djihadiste Mehdi Nemmouche remis à la France pour la séquestration en Syrie de 4 otages dont un Gardois

Dessin des deux journalistes français témoignant au procès de Mehdi Nemmouche et décrivant un homme fasciné par Merah / © I.Preys/Belga/AFP
Dessin des deux journalistes français témoignant au procès de Mehdi Nemmouche et décrivant un homme fasciné par Merah / © I.Preys/Belga/AFP

Mehdi Nemmouche, condamné à la prison à vie en Belgique pour l'attentat du Musée Juif de Bruxelles, a  été remis à la France. Quatre otages Français détenus en Syrie en 2013, dont le photoreporter Edouard Elias, originaire de Saint-Quentin-la-Poterie (Gard), l'avaient reconnu comme leur geôlier.

Par Valérie Luxey

Mehdi Nemmouche, l'auteur de l'attentat du Musée Juif de Bruxelles, condamné en Belgique à la prison à vie, a été remis mercredi 15 mai à la France dans l'enquête sur la séquestration en Syrie de quatre otages Français, des journalistes, entre juin 2013 et avril 2014.


Reconnu par les ex-otages


Parmi ces anciens otages, libérés depuis, se trouve le jeune photoreporter Edouard Elias, originaire de Saint-Quentin-la-Poterie, dans le Gard. Avec ses co-détenus, Nicolas Hénin, Pierre Torrès et Didier François, il avait reconnu en Mehdi Nemmouche son geôlier. Les journalistes affirmaient l'avoir identifié sur des photos après son arrestation pour la tuerie du Musée Juif, en 2014.


Placé en détention à Meaux-Chauconin


Depuis, l'enquête sur le rôle présumé du djihadiste français de 34 ans dans la prise d'otage de ces quatre journalistes français se poursuivait et un mandat d'arrêt européen avait été émis contre lui, mais il fallait attendre la fin de son procès belge pour pouvoir envisager son transfert en France. A son arrivée sur notre territoire, Mehdi Nemmouche a été placé en détention provisoire à la prison de Meaux-Chauconin, à l'est de Paris.


Refus de s'exprimer face aux enquêteurs et aux juges


Remis temporairement à la France le 15 novembre 2017 pour être entendu dans le cadre de cette enquête, il avait alors été mis en examen pour "enlèvement et séquestration en bande organisée et en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste criminelle". Mais il a toujours refusé de s'exprimer sur les faits qui lui sont reprochés, faisant valoir son droit au silence.


Une fascination pour Mohamed Merah


Trois des quatre anciens otages se sont constitués parties civiles dans ce dossier. En février 2019, Nicolas Hénin et Didier François étaient venus témoigner à Bruxelles, lors du procès belge du terroriste, décrivant un homme sadique, narcissique et admirateur de Mohamed Merah, le tueur toulousain des attentats de Toulouse et Montauban.


Un geôlier violent


Le 7 février 2019, nos confrères d'Europe 1, employeur de Nicolas Hénin et Didier François, publiaient le portrait que les ex-otages dressaient de Mehdi Nemmouche, un geôlier qu'Edouard Elias décrivait comme fréquemment menaçant et agressif, les ayant frappés à plusieurs reprises.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

"Essai clinique sauvage" : plutôt une "étude scientifique" pour Henri Joyeux

Les + Lus