Gilets jaunes : évacuation (définitive ?) du rond-point d'Aimargues dans le Gard

Après les gilets jaunes, au tour des gendarmes d'investir ce rond-point stratégique qui était bloqué depuis trois semaines. Les forces de l'ordre ont prévu de passer la nuit sur place pour empêcher les manifestants de revenir.
Les gendarmes ont évacué le rond-point d'Aimargues dans le Gard et comptent y rester.
Les gendarmes ont évacué le rond-point d'Aimargues dans le Gard et comptent y rester. © Gendarmerie du Gard
Lieu stratégique, occupé ans relâche par les gilets-jaunes qui ont joué au chat et à la souris avec les forces de l'ordre depuis le début du conflit, le rond-point d'Aimargues a été durablement évacué par les gendarmes du Gard.

Un escadron de gendarmes mobiles, 50 militaires épaulés par les pompiers, des agents de Vinci autoroutes, du département et des pompiers ont délogé les manifestants présents depuis le 17 novembre, date du premier appel à la mobilisation.

"S'ils veulent revenir, ils devront attendre longtemps", 

Trois personnes ont été interpellées et relâchées dans la journée.

Des contrôles d'identité ont été effectués et se poursuivront dans les heures qui viennent.
Les gendarmes vont rester sur place afin d'éviter le retour des gilets jaunes.

" S'ils veulent revenir, ils devront attendre longtemps", nous a confié un gradé de la gendarmerie du Gard.

Les ronds-points de Gallargues, du Vestric et d'Uchaud sur la N 113 ont également été évacués.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gilets jaunes société police sécurité prix du carburant consommation économie