"Il n'y a rien pour nos territoires et nos éleveurs", des agriculteurs poursuivent leur mobilisation à l'appel de la Confédération Paysanne

Les annonces du gouvernement n'ont pas satisfait les membres de la Confédération Paysanne, ils se sont rassemblés ce matin, samedi 3 février à Auch pour plaider la cause d'une agriculture respectueuse de la santé et de nos territoires.

Les barrages d'agriculteurs sont levés mais la crise agricole est loin d'être terminée. Ce matin un rassemblement a eu lieu à Auch à l'appel de la Confédération Paysanne du Gers et du MODEF qui estime que les mesures annoncées par le gouvernement ne sont pas suffisantes. 

Contre l'agriculture productiviste

Contrairement aux autres syndicats comme la FDSEA ou les Jeunes agriculteurs. La confédération poursuit le mouvement de protestation. Ils étaient une soixantaine à Auch dans le Gers pour réaffirmer leurs revendications.

"La Confédération Paysanne n'est absolument pas satisfaite des annonces de M. Attal. Il n'y a rien pour l'agriculture paysanne, il n'y a rien pour l'agriculture biologique, il n'y a rien pour nos territoires et nos éleveurs", s'est exclamé Sylvie Colas, Secrétaire nationale de la Confédération Paysanne.

Contre le libre-échange

Les revendications portent notamment sur l'instauration d'un revenu paysan, mais surtout la fin des accords de libres-échanges.

"Tout est pour la FNSEA, les gros producteurs et l’agriculture productiviste, poursuit Sylvie Colas, pourtant nous avons besoin d'une agriculture respectueuse de la santé, de nos sols, de notre environnement". 

La Confédération Paysanne demande la suspension de tous les accords de libre-échange dont celui avec le Mercosur. Des accords responsables, selon les agriculteurs, d'une mise en concurrence déloyale avec d'autres pays qui ne respectent pas les mêmes règles qu'eux.

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité