• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Le groupe gardois Saint Mamet a redressé la barre en 8 mois

illustration / © F3 LR
illustration / © F3 LR

Le Français spécialiste des conserves de fruits, Saint Mamet, a redressé la barre, près de 9 mois après son rachat, et s'apprête à réaliser des investissements importants. Le nouveau propriétaire, Florac, mise sur l'installation des technologies nouvelles, à l'usine gardoise de Vauvert.

Par Fabrice Dubault


Saint Mamet a été racheté en octobre par le fonds de participations français Florac auprès du groupement de coopératives italien Conserve Italia.
Florac a chargé une équipe de dirigeants venus de grandes firmes de l'agro-alimentaire comme Coca-Cola, Liebig ou Yoplait de redresser la marque sous la présidence de Matthieu Lambeaux, précédemment directeur général de Findus France et patron de Findus Europe du sud.

Saint-Mamet va mieux et ses salariés sont confiants", a déclaré Matthieu Lambeaux, qui a pour objectif d'arriver à un excédent brut d'exploitation (Ebitda) de 4 millions d'euros, d'ici 18 mois.


"Au 1er octobre, nous sommes arrivés avec un Ebitda de -3 millions d'euros et on projette sur les neuf premiers mois d'être proche de +1 million d'euros d'Ebitda", a-t-il expliqué.

Gard : le groupe Saint Mamet va mieux
Le Français spécialiste des conserves de fruits, Saint Mamet, a redressé la barre, près de 9 mois après son rachat, et s'apprête à réaliser des investissements importants. Le nouveau propriétaire, Florac, mise sur l'installation des technologies nouvelles, à l'usine gardoise de Vauvert. - F3 LR - Reportage : P.Barbes

Pour sortir d'une situation "très dégradée", le management a réalisé environ "3 millions d'économies sur le processus industriel et les achats" et a déployé une intense activité marketing et commerciale, raconte M. Lambeaux.

Le groupe prévoit également "un investissement industriel fort de 10 millions d'euros sur 3 ans à partir de 2017" pour "installer des technologies nouvelles dans l'usine de Vauvert dans le Gard pour faire des fruits différemment", poursuit-il.


Par ailleurs, les 150 arboriculteurs de la coopérative Conserve Gard, dont 90% de la production est achetée contractuellement par l'industriel, se sont engagés dans un plan de replantation pour passer de 650 hectares à 1.000 en 2020, dont 30% en bio.

"Les arboriculteurs plantent pour nous", explique M. Lambeaux, "nos contrats d'approvisionnement vont passer d'une durée de 15 ans à 20 ans", période durant laquelle Saint-Mamet garantit qu'il leur prend toute leur récolte à un prix fixé d'avance.

A lire aussi

Sur le même sujet

Blaquart (Nîmes olympique) et le bâton de bourbotte

Les + Lus