A69 : des sympathisants du collectif Dernière Rénovation ont aspergé de peinture l'Hôtel de région à Toulouse

Ce matin aux alentours de 11h, trois individus soutenant le collectif de résistance civile Dernière Rénovation ont recouvert de peinture orange une partie de la façade de l'Hôtel de région d'Occitanie, en signe de protestation contre le projet d'A69.

"Résister est vrai", "Soulevons-nous" : sur les t-shirts des sympathisants, des messages qui résument en quelques mots les motifs de leur action. Ce mercredi 19 avril vers 11h, a-t-on appris dans un communiqué, des citoyens soutenant le collectif de résistance civile Dernière Rénovation ont aspergé de peinture orange les murs de l’Hôtel de la région Occitanie à Toulouse. "C’est notre moyen de faire de la résistance civile non violente, explique Nicolas, représentant de Dernière Rénovation. C’est un moyen pacifique, c’est de la peinture à l’eau. L’idée n’est pas de détériorer de façon pérenne les bâtiments, mais de capter l’attention des pouvoirs publics et de l’opinion, et de cibler des personnes qui sont responsables dans la continuation et la non-prise en charge du dérèglement climatique."

Dénoncer le projet d'A69

Le but de l’action d’aujourd’hui : dénoncer "le projet climaticide d’autoroute A69 voulu par la région et l’État", explique Dernière Rénovation. "La consultation de l’autoroute A69 est prévue pour 2023 alors même que les consultations citoyennes locales et les rapports environnementaux s’opposent à ce projet insensé".

"Ce projet est un anachronisme" renchérit Nicolas. "Il est dans les cartons depuis 40 ans, et on sent que les pouvoirs publics locaux ont envie de le boucler, mais ça ne marche pas comme ça. À chaque moment, les citoyens peuvent réévaluer la pertinence d’un projet public d’aménagement du territoire." Le collectif, dans son communiqué, exige d’ailleurs "que la région et le gouvernement abandonnent le projet de l’A69 au profit d’alternatives mises en avant par les collectifs citoyens locaux."

Interpeller la région

En visant l’Hôtel de région, le collectif a voulu rappeler que Carole Delga, présidente de la région Occitanie, "est une élue au service de la population, et que parmi ses attributions, il y a le fait de protéger sa population dans un moment où le dérèglement climatique provoque des sécheresses gravidiques en France." Le représentant de Dernière Rénovation évoque notamment le récent incendie dans les Pyrénées-Orientales, et l’assèchement des nappes phréatiques. Il tire la sonnette d’alarme. "Est-ce raisonnable, dans ce contexte de bétoniser, artificialiser les sols, sachant que c’est une des raisons principales qui aggravent les sécheresses ?"

Une action en amont du week-end de mobilisation du 22 avril

Alors qu’une mobilisation contre ce projet d’autoroute, qui doit relier Castres à Toulouse, doit se tenir ce week-end sur la zone de chantier, l’objectif de Dernière Rénovation était aussi "d’attirer l’attention de l’opinion et des pouvoirs publics en amont de cette mobilisation" pour montrer "qu’il y a une vrai enjeu citoyen à se battre contre ce projet", "non pertinent voire extrêmement dangereux pour la santé des locaux", indique Nicolas. Selon le représentant de Dernière Rénovation, l’action de ce matin n’a donné lieu à aucune interpellation.

Sollicité, l'Hôtel de région n'a pas encore répondu à notre demande de réaction à l'heure où nous publions cet article. 

Cette action était « la première » de Dernière Rénovation contre l’A69. Mais en mars dernier, des citoyens soutenant le collectif avaient déjà recouvert de peinture les façades de plusieurs préfectures, dont celle de Haute-Garonne, pour « dénoncer le déni démocratique organisé par le gouvernement et le président Emmanuel Macron concernant les questions climatiques et de retraites. » Le 5 novembre dernier, deux activistes étaient également intervenus lors d’un match opposant le Stade Toulousain et le Stade Français pour alerter sur le réchauffement climatique.