Accueil frileux pour les 3 millions d'euros destinés aux apiculteurs touchés par la mortalité des abeilles

Le ministre de l'agriculture a annoncé la mise en place d'un dispositif d'aide à hauteur de 3 millions d'euros pour les apiculteurs impactés par la mortalité des abeilles. "Une goutte d'eau" pour les représentants du syndicat d'apiculteurs de Midi-Pyrénées.

Les apiculteurs français subissent des pertes moyennes de 30% de leurs cheptels en hiver.
Les apiculteurs français subissent des pertes moyennes de 30% de leurs cheptels en hiver. © SYLVAIN THOMAS / AFP
Trois millions d'euros, voici le montant de l'enveloppe destinée au renouvellement des essaims des apiculteurs touchés par la mortalité des abeilles. Une mesure annoncée par ministre de l'agriculture Stéphane Travert lundi 30 juillet dans un communiqué. Alors qu'un tiers des ruches disparaît chaque année, les membres du syndicat des apiculteurs de Midi-Pyrénées préféreraient des mesures visant les causes de la disparition des abeilles.

C'est une enquête qualitative menée par la Direction Générale de l'Alimentation (DGAL) auprès des Directions Régionales de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt (DRAAF) sur les mortalités apicoles de l'hiver 2017/2018, qui a poussé l'organisation d'un tel dispositif.

Une mortalité en hausse 

 

(L'enquête) a mis en lumière une augmentation par rapport aux hivers précédents en Bretagne, Nouvelle-Aquitaine, Provence-Alpes-Côte-D'azur et Bourgogne-Franche-Comté principalement", selon le ministère.


Pour l'heure, les critères d'attribution de l'aide sont en cours de définition. Le dispositif sera articulé avec les aides déjà mises en place par les collectivités territoriales et notamment les Conseils régionaux.

Depuis plusieurs années, les apiculteurs français subissent des pertes moyennes de 30% de leurs cheptels en hiver, selon l'Union nationale de l'apiculture française (Unaf).  Durant l'hiver 2017/2018 "on a franchi un cap supplémentaire", avec des taux de mortalité pouvant grimper à 40%, 50% voire 80%, avait indiqué en juin Gilles Lanio, président de l'Unaf.
 
Accueil frileux des 3 millions d'euros destinés aux apiculteurs
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
apiculture agriculture économie