• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Croisé dans la rue par les Gilets jaunes, le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc conspué et visé par des projectiles

Jean-Luc Moudenc / © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Jean-Luc Moudenc / © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

La manifestation du 18ème samedi a croisé le maire de Toulouse qui a subi des insultes et des jets de projectiles

Par Fabrice Valery

Moment de tension entre des manifestants Gilets jaunes et le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc. Ce samedi 16 mars, pour la 18ème mobilisation du mouvement, la manifestation a, comme d'habitude, emprunté un parcours non-prévu à l'avance.

Reconnu par les manifestants

Avant le Pont-Neuf, les manifestants ont pris les quais de Garonne et c'est en arrivant quai de la Daurade, que certains manifestants ont reconnu et invectivé le maire LR de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, qui se trouvait là.

Un témoin raconte : "Vers 15h25, au niveau de la rue Jean Suau, la tête du cortège a aperçu Jean-Luc Moudenc. Quelques individus ont commencé à le caillasser. Des projectiles sont tombés sur des gens en terrasse. Il était accompagné par son équipe et deux trois personnes qui le protégeaient". 

Contacté par France 3, Jean-Luc Moudenc a expliqué sa présence sur les lieux : 

J'étais en train de quitter une équipe de la Croix-Rouge que j'étais venu encourager pour une action de solidarité qu'elle mène à La Daurade. Le cortège des Gilets jaunes m'a reconnu et certains manifestants ont commencé à m'invectiver. Mais comme je partais, les choses en sont restées là (Jean-Luc Moudenc)

Sur une courte vidéo publié sur Twitter, on voit effectivement le maire de Toulouse partir avec le sourire mais d'un bon pas.

Un peu plus tard dans la journée, le maire de Toulouse s'est exprimé plus longuement sur sa page facebook, indiquant qu'il refusait de s'interdire de sortir le samedi après-midi : 

Des rapports tendus

Depuis le début du mouvement, les rapports sont tendus entre le maire de Toulouse et les Gilets jaunes. Le maire avait indiqué en novembre s'être rendu incognito, en scooter, dans le quartier Saint-Cyprien, lors des violents incidents qui s'y sont déroulés, et avoir vu "l'extrême-droite et l'extrême-gauche main dans la main".

Une rencontre avec les Gilets jaunes, prévue au Capitole, avait été annulée début janvier, le maire refusant qu'elle soit filmée en direct sur les réseaux sociaux.

Enfin, Jean-Luc Moudenc proteste régulièrement contre ces manifestations chaque samedi depuis 18 semaines, insistant sur les dégâts qui sont produits dans le centre-ville et les commerçants empêchés de travailler. 

Sur le même sujet

Montpellier : polémique et manifestation autour du projet de zone d'activité à Saint-Clément-de-Rivière

Les + Lus