Politique. Sur fonds de soupçons de corruption et de démissions en série, nouvelle élection municipale près de Toulouse

Une nouvelle élection municipale est organisée le 3 et le 10 décembre prochains à Saint-Jory en Haute Garonne. Même s'il l'avait annoncé, le maire Thierry Fourcassier, n'a toujours pas démissionné. Il est mis en examen pour corruption passive et trafic d'influence passif.

On connaît désormais les dates. Les habitants de Saint-Jory près de Toulouse (Haute-Garonne) devront  élire un nouveau conseil municipal le 3 et le 10 décembre 2023. Les candidats ont jusqu'au 16 novembre pour se déclarer auprès des services la préfecture de Haute-Garonne, pour le 1er tour du scrutin.

Suite à la mise en examen de Thierry Fourcassier pour corruption passive et trafic d'influence passif, le 26 septembre, le maire de la commune avait annoncé sa démission quelques jours après. Elle n'a pourtant pas été suivie d'effets. L'édile a choisi de conserver son mandat jusqu'au bout tout comme son premier adjoint Francis Minuzzo, en charge de l'urbanisme, également mis en examen. Thierry Fourcassier a cependant démissionné de ses fonctions de Toulouse Métropole lors du conseil communautaire qui s'est tenu, hier soir, jeudi 12 octobre 2023. Il présidait notamment la commission voirie et était membre de plusieurs autres, dont celle sur l'urbanisme et habitat urbain, et l'habitat, et le logement.

À lire également : Mis en examen pour corruption passive, Thierry Fourcassier, maire de Saint-Jory démissionne

À Saint-Jory, seuls quelques élus de la liste de Thierry Fourcassier " Avec vous pour Saint-Jory" n'ont pas démissionné. 10 autres avaient choisi de quitter le conseil courant septembre et début octobre. Le groupe d'opposition "Saint-Jory demain", a, lui aussi, mis fin à son mandat, ces jours-ci. "Nous n'étions pas obligés de le faire. Mais il est inenvisageable de siéger en Conseil municipal avec Thierry Fourcassier pendant encore un mois !", commente Victor Denouvian, sa tête de liste qui travaille à une liste d'union, sans doute avec les élus de "Convergences", autre liste d'opposition menée par Thierry Bruguère. Au total, 12 élus sur 29 siègent toujours, à ce jour. 

Une seconde enquête est en cours suite à des enregistrements dévoilées par la radio locale 100% qui compromettrait le maire sur des faits d'enrichissement personnel. 

Il y a quelques jours, le parquet de Toulouse avait procédé à plusieurs perquisitions au domicile du maire et à la mairie, ainsi que chez des promoteurs. Certains ont été mis en examen. D'autres devraient suivre.