Poursuite de la grève des médecins régulateurs de Haute-Garonne

© France 3
© France 3

Les médecins régulateurs de Haute-Garonne qui assurent le service de garde des généralistes, poursuivent leur mouvement de grève illimitée entamé depuis le début de l'année, pour réclamer une hausse de leurs honoraires et des effectifs

Par VA, avec AFP

Nous avons perdu 10 médecins régulateurs sur le département en 2017. La rémunération (70 euros bruts de l'heure) n'est pas à la hauteur de la mission. Nous avons une difficulté de recrutement qui met en péril la pérennité du service de régulation,

explique le docteur Philippe Poinot, vice-président de Régu'l 31.

Dans le même temps, les appels "ont explosé depuis la mise en place du numéro d'appel 3966", souligne le médecin généraliste. Selon lui, "le 31 décembre, le Samu 31 a géré 2.500 appels téléphoniques sur 24 h, débouchant sur 1.400 consultations de régulation (par téléphone)".

A Toulouse, 82 médecins libéraux assurent, dans le cadre du Samu 31, les gardes des médecins généralistes les nuits, le weekend et les jours fériés.

Entre 20H00 et 08H00 du matin, ces permanences sont gérées par quatre à sept médecins: "Nous pouvons avoir jusqu'à une vingtaine de consultations par heure alors que l'on sait que la qualité de la régulation baisse au-delà de huit consultations par heure", affirme encore le praticien.

Il déplore également que les négociations engagées depuis un an et demi avec l'Agence régionale de santé d'Occitanie (ARS) soient au point mort:

"On nous demande de nous débrouiller avec une enveloppe budgétaire qui ne bouge pas, nous devons déshabiller Paul pour habiller Jacques", explique-t-il, alors qu'une réunion doit se tenir ce vendredi à l'ARS de Toulouse.

Cette grève illimitée qui a débuté le 1er janvier, n'a pas d'impact sur la régulation, les médecins libéraux ayant été réquisitionnés.

Sur le même sujet

Les + Lus