Procès AZF : réactions mitigées à Toulouse suite à la décision de la Cour d'appel de Paris

Seize ans après le drame d'AZF, l'ancien directeur de l'usine chimique et la société exploitante ont été condamné par la Cour d'appel de Paris. Sinistrés et anciens salariés étaient réunis en petit commité à Toulouse pour entendre le délibéré.

Les membres de l'association sinistrés du 21 septembre se sont réunis à Toulouse pour entendre la décision de la Cour d'appel de Paris.
Les membres de l'association sinistrés du 21 septembre se sont réunis à Toulouse pour entendre la décision de la Cour d'appel de Paris. © France 3 Occitanie
A 13h30 cette après-midi, c'est à l'aide d'un simple micro et d'un téléphone portable qu'ils ont appris la décision de la Cour d'appel de Paris : l'ancien directeur de l'usine AZF est condamné à 15 mois de prison avec sursis et 10 000 euros d'amende, la société Grande Paroisse à 225 000 euros d'amende. 

Une victoire symbolique mais mitigée


La Mairie de Toulouse a mis une salle à disposition des Toulousains, la salle Potier sur le site de l’Oncopole, pour leur permettre d'entendre la décision de justice.
Mais mise à part quelques membres de l'association des sinistrés du 21 septembre, personne ne s'est déplacé.

Une grande déception.

Liliane, membre de l'association des sinistrés, est venue malgré la fatigue. Usée par seize ans de combat et la longueur de ce troisième procès, elle se dit déçue d'une décision trop proche de celle donnée en seconde instance. 

Une décision jugée "sévère" pour les anciens salariés


A quelques centaines de mètres de là, les anciens salariés de l'usine se sont eux aussi réunis. Pour eux la faute ne peut pas venir de l'entreprise et ils auraient préféré la relaxe de leur ancien-directeur. 

L'histoire AZF n'est pas encore finie. Les avocats de l'ex-directeur de l'usine et de Grande Paroisse ont annoncé un pourvoi en cassation.

Un reportage de Julie Valin et Jack Levé

durée de la vidéo: 01 min 40
Procès AZF à Toulouse : sinistrés et anciens salariés AZF réagissent à la décision de la Cour d'appel de Paris


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
procès azf justice société