Toulouse : une cinquantaine de personnes rassemblées mercredi soir en hommage aux victimes de l'explosion au Liban

Ce mercredi soir à 20h place du Capitole à Toulouse, "les amis du Liban" ont organisé un rassemblement silencieux. Dans la ville rose, l'explosion dans la capitale du Liban rappelle celle d'AZF en 2001. Une cinquantaine de personnes s'est réunie pour un hommage aux victimes et au peuple libanais.

Ce mercredi soir à 20h place du Capitole, "les amis du Liban" ont organisé un rassemblement silencieux en soutien aux Beyrouthins touchés par une explosion au nitrate d'ammonium.
Ce mercredi soir à 20h place du Capitole, "les amis du Liban" ont organisé un rassemblement silencieux en soutien aux Beyrouthins touchés par une explosion au nitrate d'ammonium. © F3 Occitanie
"Une veillée pour faire hommage aux victimes de l'explosion de Beyrouth". Ce sont les premiers mots du discours prononcé ce mercredi soir à 20h, place du Capitole à Toulouse. Le rassemblement d'une cinquantaine de personnes est organisé par une association créée à Toulouse il y a juste 5 ans : "les amis du Liban". Elle regroupe des Franco-Libanais installés dans la ville rose, de jeunes étudiants Libanais ou simplement des amoureux du Liban. 

Mardi, l'explosion d'un stock de 2 750 tonnes de nitrate d'ammonium dans le port de Beyrouth a fait au moins 113 victimes et 4000 blessés. 300 000 personnes sont sans domicile et les dommages, qui concernent la moitié de la ville, se chiffrent pour l'instant à 2,5 milliards d'euros.

"Toulouse partage notre tristesse"


Cette explosion dans la capitale du Liban résonne d'une manière particulière à Toulouse, qui a subi une catastrophe similaire en 2001 avec l'explosion d'AZF.
Les membres de cette association ont pour certains de la famille sur place; d'autres ont connu la catastrophe de l'usine AZF le 21 septembre 2001.

"Je trouve que les Toulousains partagent notre souffrance, ils comprennent ce que l'on vit car ils l'ont vécu eux-même, ils l'ont ressenti." témoigne Philippe, l'un des participants.
 

Malheureusement des liens se créent dans la joie mais ils se créent aussi dans la tristesse. Toulouse comprend notre tristesse, Toulouse partage notre tristesse.

L'un des participants au rassemblement


Parmi les organisateurs du rassemblement, Anthony Kheir, secrétaire et fondateur de l'association "les amis du Liban", qui lance un appel au soutien de la France, "la mère du Liban". "Le Liban est par terre, il faut l'aider à se relever. Après une crise politique, puis économique, puis sociale, puis sanitaire, une nouvelle catastrophe vient s'ajouter à ces crises. " Il appelle les Toulousains à participer aux campagnes d'aides qui vont être organisées en soutien aux Libanais. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société manifestation économie social explosions faits divers