PHOTOS. Transport écologique en montagne : saviez-vous qu'il y a 110 ans, un tramway traversait les Pyrénées

Il y a 110 ans, le 1er avril 1914, le Tramway de la Bigorre était mis en service entre Lourdes et Campan (Hautes-Pyrénées). Une ligne ferrée de 41 km qui va servir à transporter les pèlerins, les habitants mais aussi les premiers skieurs. Un moyen de transport en commun décarboné mais aujourd'hui abandonné.

Imaginez en 2024, un tramway sillonnant deux vallées des Pyrénées grimpant jusqu'à 1200 mètres d'altitude. Le projet serait très probablement présenté comme une solution de mobilité innovante et écologique. Pourtant, nos ancêtres l'ont fait il y a 110 ans, au cœur des Hautes-Pyrénées.

Face au développement du tourisme en montagne et des milliers de pèlerins venant à Lourdes, les élus locaux lancent en 1904 l'idée d'une ligne de tramway entre le Sanctuaire et Gripp dans la vallée de Campan en passant par Bagnères-de-Bigorre.

Au total, 41 km de tramway sont inaugurés au printemps 1914 après 3 ans de travaux.  

Baptisée le "Tramway de la Bigorre", la ligne compte une quinzaine de gares dont Loucrup, Montgaillard, Pouzac, Beaudéan, Sainte-Marie et le plateau d'Artigues, son terminus. 

Ce moyen de transport est décarboné avec une ligne entièrement électrifiée.

Cependant, construire des caténaires à travers la montagne est un défi. Avec des dénivellations variant entre 400 et 1200 mètres d'attitude, les ingénieurs réalisent des prouesses techniques.

L'ancêtre du Ski-Rail

Destiné dans un premier temps aux pèlerins de Lourdes souhaitant prendre un grand bol d'air, le "Tramway de la Bigorre" est rapidement adopté par les ouvriers et les habitants de la vallée.

Il offre également aux premiers amateurs de ski, un moyen d'atteindre les pentes de la Mongie. Bien avant le forfait "Ski Rail" qui permet depuis 2018, de rejoindre les stations en train.

"Si le ski a connu un essor formidable dans la vallée du Haut-Adour, il le doit beaucoup au tramway Lourdes-Bagnères-Gripp" raconte Christophe Cathelain, maître à l'école de Loucrup et historien des Hautes-Pyrénées.

Au sud-Est du département, le tourisme d'hiver connaît le même un essor grâce à une seconde ligne de tramway, appelé "P.C.L". Ouverte dès 1897, elle relie Pierrefitte à Luz Saint-Sauveur en passant par Cauterets. Elle va fonctionner durant 35 ans. 

Plusieurs accidents

Traverser la Bigorre en tramway n'était pas sans danger. Le paysage impose de nombreuses descentes réputées trop dangereuses pour ce type de transport.

La portion descente de Loucrup à Orincles était particulièrement dangereuse. Il y eut là-aussi plusieurs accidents. Alors on mit en place une pente plus douce appelée « déviation », mais il y eut encore des accidents. On raconte que le tramway s'emballait sur les feuilles mortes.  

Christophe Cathelain, maître à l'école de Loucrup et historien des Hautes-Pyrénées

Les accidents virent parfois au drame. Exemple en 1916 où six personnes trouvent la mort à Gripp. Et en 1924, le tramway s'emballe dans la fameuse descente et déraille. Bilan : deux morts. 

Disparition du tramway 

Face à ce manque de sécurité, les voyageurs privilégient peu à peu l'autobus. Mis en service en 1908, ce véhicule, à mi-chemin entre une limousine et une voiture décapotable, a longtemps cohabité avec le tramway.

"Progressivement, les autobus ont remplacé le tramway" explique Christophe Cathelain. Si bien que le tramway de la Bigorre ferme définitivement en 1932, après 28 ans de service.

Un siècle plus tard, il reste peu de traces du passage du tramway des Hautes-Pyrénées.

Cependant, l'esprit du tram continue de vivre au pied des Pyrénées. À défaut de les faire rouler, le département les fabrique. Depuis 2019 à Bagnères-de-Bigorre, le groupe ferroviaire espagnol CAF construit des rames de tramway pour les villes européennes. 

L'actualité "Insolite" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Insolite" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité