Le projet de méga scierie industrielle à Lannemezan fédère les oppositions sur le massif pyrénéen

Réunis au sein du collectif "Touche pas à ma forêt", les opposants au projet de scierie géante du groupe italien Florian porté par le maire de Lannemezan multiplient manifestations et réunions publiques tout au long du massif pyrénéen. Comme ce mercredi à Foix.

Le projet de scierie géante de Lannemezan prévoit de débiter 50.000 m3 de hêtres chaque année
Le projet de scierie géante de Lannemezan prévoit de débiter 50.000 m3 de hêtres chaque année © Max PPP
Ils étaient plus de 300 à manifester à Lannemezan ce dimanche à l'appel du collectif "Touche pas à ma forêt", qui regroupe 35 associations naturalistes, syndicales et politiques, ainsi que des professionnels de la filière bois, pour dénoncer la menace sur la ressource forestière que constitue à leurs yeux le projet de scierie géante du groupe italien Florian à Lannemezan sur l'ancien site de l'usine Pechiney.

Un projet d'un autre monde

Ils étaient autant à assister aux réunions organisées récemment à Oloron-Sainte-Marie ou Saint-Gaudens. Les opposants à ce "projet d’un autre monde, inadapté à la forêt française et pyrénéenne » se retrouvent ce mercredi à 18 heures pour une nouvelle réunion publique d'information à la mairie de Foix. "Nous irriguons les Pyrénées de Cerbère à Hendaye", explique Pascal Lachaud, l'un des porte-parole. 

Porté par la Communauté de Communes du Plateau de Lannemezan (CCPL), le projet de cette scierie géante, présenté en décembre dernier, consisterait à débiter 50.000 m3 de hêtres par an. Pour le maire de Lannemezan et président de la CCPL, il s'agit de permettre "une meilleure gestion forestière", de "créer 120 à 130 emplois sur le plateau" et d'assurer à la collectivité "un revenu de 4 à 5 millions par an ".

Le projet de scierie de Lannemezan enjeu des prochaines élections départementales et régionales

Les opposants font de leur côté valoir un "projet démesuré" au regard de la ressource forestière, représentant l’équivalent en surface de 1200 terrains de football, soit le double des ressources en hêtre récoltées actuellement dans toute la région Occitanie. Ils regrettent également qu'il ait été "monté en catimini" et conduit "sans concertation".

En attendant le résultat des études de faisabilité financées par la région Occitanie, les opposants au projet entendent bien en faire un enjeu majeur des élections départementales et régionales prévues en 2021. "Touche pas à ma forêt" poursuit ses réunions d'information sur tout le massif pyrénéen où des marches départementales de protestation seront organisées le samedi 10 octobre prochain, avant une autre marche vers Lannemezan le lendemain.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
forêt nature environnement économie