VIDÉO. Frappés, entassés, malades et dans la boue : des animaux maltraités, deux plaintes déposées contre un refuge

À la suite de plusieurs signalements reçus pour des faits de maltraitance animale à "L’Arche de Noël" à Béziers dans l'Hérault, l’association Stéphane Lamart chargée de protection animale a déposé plainte en avril 2022. Le responsable du refuge nie toute maltraitance malgré des videos accablantes.

Des animaux. Beaucoup d'animaux. Entassés dans des petites cages maculées d'excréments. Des mâles "branlés" pour la reproduction, des chiens malades, d'autres vivant dans la boue... Les vidéos des membres de One Voice sont effrayantes. Se faisant passer pour des bénévoles, des membres de l'association de défense de la cause animale ont infiltré le refuge et déposé deux plaintes contre L'arche de Noël, un refuge ouvert à Béziers depuis 1982.

Animaux maltraités et violentés

"Sous couvert d'un refuge, un homme fait de l'élevage illégal en détenant des animaux dans des conditions terribles. Principalement des chiens de petite taille car ce sont des petites races qui plaisent beaucoup qui sont dans des clapiers", explique One Voice, dans un communiqué. 

Il y a des chiens dans la boue qui ne sortent jamais et ne sont pas soignés quand ils sont malades.

Muriel Arnal

"Il y a aussi énormément de violence envers ces animaux : des cris, des coups, des coups de pied".

Selon l'association, L'arche de Noël abriterait un élevage clandestin. Pour une bénévole, la majorité de ceux présentés à l’adoption ne proviendrait pas d’abandons, mais de la reproduction intense des chiennes détenues sur place.

durée de la vidéo : 00h02mn04s
À la suite de plusieurs signalements reçus pour des faits de maltraitance animale à « L’Arche de Noël », à Béziers, l’association Stéphane Lamart chargée de protection animale a déposé plainte en avril 2022. Le responsable du refuge nie toute maltraitance malgré des videos accablantes. ©One voice

"Ces animaux sont vendus à des personnes naïves qui ignorent que ce n'est pas un refuge, pensent faire une bonne action. Ils sont vendus non identifiés, ne sont pas vaccinés ce qui est illégal et bien sûr payés en liquide", accuse Muriel Arnal, fondatrice et présidente de One voice, jointe au téléphone par France 3 Occitanie.

C'est infesté de rats. Des chiens malades meurent sans soins et nous ne comprenons pas pourquoi cet homme n'est pas devant un tribunal et ce lieu reste ouvert.

Muriel Arnal

Le responsable du refuge nie tout en bloc. Noël Azzopardi, à la tête de "L'Arche de Noël", nie toute maltraitance malgré les images.

Ce qui a été avancé est faux et archifaux. Les policiers, les gendarmes sont venus le constater tout comme un huissier. Tout ce qui est dit est diffamatoire.

Noël Azzopardi

"Les vidéos ont été prises le jour où il pleuvait et il y avait de la boue. Il a plu pendant une semaine, les chiens couraient dans la boue. Ils n'étaient pas à leur avantage. C'est le seul endroit que je ne peux ni laver ni cimenter car il y a une fosse septique en dessous., contrairement à tous les autres endroits du refuge qui sont carrelés. Ils se sont servi de ça pour m'accuser. Oui on a eu des rats. On les a mis dans des nasses pour les noyer et s'en débarrasser", ajoute Noël Azzopardi.

Menaces de mort

Il assure que tous ses chiens sont vaccinés et pucés. Il prétend pouvoir le prouver en s'appuyant sur les certificats vétérinaires. Depuis les reportages et les dénonciations, le responsable du refuge animalier et sa famille disent sur leur page Facebook être victimes de menaces de mort et refusent d'accueillir d'autres animaux.

Plaintes

L’association Stéphane Lamart a déposé plainte le 20 avril 2022 devant le procureur de la République pour des faits de mauvais traitements et de mauvaises conditions de détention des animaux. Son président s'étonne qu’il n'y ait pas de suites judiciaires. "Je trouve un certain laxisme du Parquet de Béziers, tout comme la DDPP, dans l’avancement de ce dossier pour lequel nous avons des éléments tangibles. Il est urgent de procéder à la saisie de l’ensemble des animaux et de mettre un terme à cette souffrance animale."

Contacté, le parquet de Béziers, n'a pas encore donné suite à notre demande d'interview.