Lunel : les femmes victimes de violences conjugales pourront porter plainte directement à la clinique

La clinique Via Domitia à Lunel (Hérault) / © Brian Bock, France 3 Occitanie
La clinique Via Domitia à Lunel (Hérault) / © Brian Bock, France 3 Occitanie

A partir du lundi 25 novembre 2019, les femmes victimes de violences conjugales pourront porter plainte directement aux urgences de la clinique Via Domitia de Lunel grâce à une convention signée avec la gendarmerie de l'Hérault. Une première en France.

Par Valérie Luxey

C’est une première en France en matière de violences conjugales : à partir du lundi 25 novembre 2019, les femmes victimes admises aux urgences de la Clinique Via Domitia à Lunel (Hérault) pourront, si elles le souhaitent, déposer plainte directement au sein du service.


200 cas avérés chaque année


Et elles sont potentiellement nombreuses : le service des urgences de la clinique prend en charge chaque année près de 200 cas avérés de violences conjugales. Depuis le début de l’année, en Languedoc-Roussillon, 10 femmes sont mortes sous les coups de leur compagnon ou ex-compagnon.


Une coopération clinique/gendarmerie depuis 2016


Un dispositif rendu possible grâce à une coopération de longue date entre l'établissement de soins et la gendarmerie de l'Hérault. En effet, depuis 2016, la clinique et les gendarmes travaillent main dans la main pour la sécurité des patients et du personnel. Ils collaborent également pour les examens médicaux sous réquisitions judiciaires. Près de 500 actes sont ainsi réalisés chaque année.


Un box fermé au sein du service pour des dépôts de plaintes discrets


L'objectif est de simplifier et de faciliter les démarches des victimes. En effet, 30% des victimes renoncerait à déposer plainte le temps de se rendre à la gendarmerie. 

Le dispositif prévoit que les plaintes soient recueillies sur place par les militaires de la Gendarmerie de Lunel, dans un bureau ou un box de soins fermé mis à disposition au sein du service des urgences de la clinique Via Domitia.


Le personnel déjà formé


Cette dernière dispose déjà de personnels formés pour prendre en charge les victimes de violences conjugales dès l'accueil et durant les phases de détection, de soins, et d'orientation.

Une infirmière référente participe notamment au Réseau des violences faites aux femmes du Lunellois, afin de délier la parole et d'orienter les femmes vers des associations ou des structures d'hébergement.


En vigueur immédiatement


La mise en place de ce dispositif coïncide avec la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes du 25 novembre 2019. À cette occasion, la convention permettant ces dépôts de plaintes sera signée entre le Général Jean-Valéry Lettermann, commandant en second de la région de gendarmerie Occitanie et Yann Reynaud, Directeur de la Clinique Via Domitia. Ce protocole sera applicable immédiatement.

Un dispositif à généraliser 

Le gouvernement a annoncé souhaiter généraliser ce dispositif dans les semaines à venir.  Ce lundi 25 novembre, en clôture du grenelle sur les violences conjugales, Edouard Philippe a également évoqué la possibilité de lever le secret médical en cas de danger mortel pour la victime.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus