INSOLITE. Des sangliers en promenade près de Montpellier, une présence en ville de plus en plus fréquente

Un groupe de sangliers a été aperçu dernièrement à Grabels, commune voisine de Montpellier dans l'Hérault. Les animaux semblent y faire une promenade. Des images amateurs qui s’ajoutent à de nombreuses vidéos captées ces dernières années.

La présence des sangliers captés par un amateur dont l'information est relayée par nos confrères d’InfOccitanie est un phénomène courant.

Pour les élus, la présence de ses animaux sauvages est source d’inquiétude. À Grabels, la mairie enregistre régulièrement des plaintes d’habitants pour saccage de jardin. Un phénomène qui s’intensifie ces dernières années.

On connaît ça depuis longtemps, mais chaque année, il y en a plus. La société de chasse organise des battues régulièrement. 48 sangliers, ont été abattus en 2023, c’est plus que d’habitude.

René Revol, maire de Grabels

Toujours plus près des villes

Depuis plusieurs années, les sangliers se rapprochent des zones urbaines. À la conquête de nouveaux territoires. Partout, les témoignages sont nombreux. Les rencontres avec des sangliers sont souvent filmées. Depuis la fenêtre de son appartement à Montpellier, Valentin a pu observer des sangliers en quête de nourriture.

Une vidéo plus étonnante. Celle D'Arnaud Dimeglio qui filme des sangliers proches des voies de tramway à Juvignac, à l'ouest de Montpellier.

Parfois aussi, il s’agit de beaux moments de partage avec l’animal sauvage, comme ce cycliste faisant face à un sanglier sur une route de Gérone. Mais les expériences ne sont pas toujours belles, elles peuvent être dramatiques, notamment lorsqu’ils pénètrent sur les axes routiers. On déplore en novembre 2023 un accident mortel, dont un sanglier serait à l'origine du drame. Les sangliers seraient impliqués chaque année dans 10 000 accidents de la route selon la fédération de la chasse d’Occitanie. En Haute-Garonne, la fédération a équipé, un sanglier d’un GPS, l’animal utilise fréquemment l’échangeur sud-est de Toulouse et a franchi 300 routes en un an.

À Villeveyrac, dans l’Hérault, un sanglier avait semé la terreur dans le village en fonçant sur les habitants, dont un couple avec son bébé de dix mois.

À la conquête de nouveaux territoires

La population de sangliers ne cesse d’augmenter. On compte aujourd’hui plus d’un million de sangliers en France. Raphaël Mathevet, directeur de recherche au CNRS, explique que les populations de sangliers ont été développées à partir des années 1970.

Aujourd’hui, 840 000 sangliers sont tués par an. Dans le Gard, on tuait 500 sangliers par an au début des années 1970. Aujourd’hui, on en tue 47 000, rien que dans le Gard. On y détient régulièrement les records de France et l’animal n’a jamais été aussi abondant. Aussi, on n’a jamais eu autant d’étalement urbain. Par conséquent, nous venons à la rencontre du sanglier autant qu’il vient à la nôtre.

Raphaël Mathevet, directeur de recherche au CNRS

Le sanglier est l’animal le plus prélevé en France (environ 9 000 prélèvements annuels moyens par département). Pour cette espèce, les prélèvements ont presque doublé sur la période 2002-2021. Une dynamique similaire est observée en Europe. De par son mode de vie (alimentation, reproduction, etc.), l’espèce est fortement présente sur l’ensemble des domaines forestiers. Sur la période 1973-2021, le nombre de sangliers tués annuellement a été multiplié par 23.

Réguler le sanglier

Si les sangliers semblent s’habituer à la présence humaine, la population n’est pas prête à cohabiter avec l’animal. À Grabels, René Revol plaide pour une régulation de l’espèce.

Il n’y a pas de plan départemental, régional ou encore national pour réguler les sangliers. Les communes sont confrontées à cette nuisance. Les pouvoirs publics doivent nous accompagner.

René Revol, maire de Grabels

Les sangliers peuvent être chassés dès le 1er juin et jusqu’à l’ouverture générale de septembre dans des conditions particulières et selon un régime d’autorisations préfectorales.