Montpellier : la militante de la Ligue des droits de l'Homme Camille Halut relaxée

Le 1er octobre, un comité de soutien s'est rassemblé devant le tribunal correctionnel pour soutenir l'observatrice de la LDH. / © S.Banus / FTV
Le 1er octobre, un comité de soutien s'est rassemblé devant le tribunal correctionnel pour soutenir l'observatrice de la LDH. / © S.Banus / FTV

L'observatrice de la Ligue des droits de l'Homme, Camille Halut, a été relaxée par le tribunal correctionnel de Montpellier, ce jeudi. Elle était poursuivie pour "entrave à la circulation" lors d'une manifestation des gilets jaunes, le 6 avril, qui avait entraîné le blocage de l'autoroute A709.

Par Emma Derome avec AFP

Camille Halut, l'observatrice de violences policières mandatée par la Ligue des droits de l'Homme, a été relaxée jeudi 3 octobre par le tribunal correctionnel de Montpellier.

Elle était poursuivie pour "entrave à la circulation" lors d'une manifestation de gilets jaunes qui avait conduit au blocage de l'autoroute A709, le 6 avril dernier.

À l'audience ce mardi, le parquet avait requis une peine de 150 euros d'amende contre l'étudiante en droit de 26 ans, alors que le délit d'entrave est passible de 2 ans d'emprisonnement et 4500 € d'amende.

Acharnement policier ?

L'avocat de la jeune femme, Michel Tubiana, ex-président de la Ligue des droits de l'Homme (LDH), avait, lui, dénoncé une manoeuvre "d'intimidation" à l'égard des observateurs comme Camille Halut, estimant qu'il y avait une tentative de les "museler".

La police a le monopole de la violence légale. Il est légitime d'observer ces pratiques. Et c'est le rôle de la Ligue des droits de l'Homme.
- Michel Tubiana, avocat de Camille Halut

Dans le cadre de son rôle d'observatrice, la jeune femme a été arrêtée une nouvelle fois le samedi 21 septembre. Elle est renvoyée devant le tribunal correctionnel le 12 décembre prochain pour avoir "opposé une résistance violente aux policiers" et pour "dissimulation de son visage" notamment.
 

Dans son jugement jeudi, le président Philippe Tremblay a déclaré que "sur le fond, le tribunal s'interroge de l'entière procédure", ajoutant que les policiers avaient recherché une infraction a posteriori alors que Mme Halut était déjà identifiée.
 
Camille Halut, observatrice pour la Ligue des droits de l'Homme de l'Hérault, à sa sortie de l'audience du tribunal correctionnel, entourée par les militants de la LDH. 1/10/2019 / © S.Banus / FTV
Camille Halut, observatrice pour la Ligue des droits de l'Homme de l'Hérault, à sa sortie de l'audience du tribunal correctionnel, entourée par les militants de la LDH. 1/10/2019 / © S.Banus / FTV

"Votre présence n'a rien changé à la situation qui était déjà bloquée", a-t-il dit à la jeune femme, qui était la seule poursuivie alors que quelque 300 personnes avaient bloqué l'autoroute, en avril dernier.
 

"Vous n'avez commis aucun acte hors de votre mission d'observation", a-t-il conclu. Camille Halut avait porté plainte à plusieurs reprises contre des policiers, notamment pour injures lors de manifestations.

Retrouvez le résumé d'audience de Camille Halut :

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus