Montpellier : plusieurs maires ont porté plainte contre Philippe Saurel pour notamment prise illégale d'intérêts

Les maires de Castelnau Le Lez, Grabels, lattes, le Crès, Montaud, Montpellier et Vendargues devant lke tribunal de grande instance de Montpellier. Ils portent plainte contre le président de Montpellier Méditerranée Métropole, Philippe Saurel, pour détournement de fonds publics et prise illégale d’intérêts. / © O. Boisson
Les maires de Castelnau Le Lez, Grabels, lattes, le Crès, Montaud, Montpellier et Vendargues devant lke tribunal de grande instance de Montpellier. Ils portent plainte contre le président de Montpellier Méditerranée Métropole, Philippe Saurel, pour détournement de fonds publics et prise illégale d’intérêts. / © O. Boisson

Plusieurs maires devant le tribunal de grande instance de Montpellier. Ils portent plainte contre le président de la Métropole de Montpellier, pour détournement de fonds publics, prise illégale d’intérêts et diffamation publique. Philippe Saurel porte plainte lui pour dénonciation calmonieuse.

Par Olivier Le Creurer

Les maires de Castelnau Le Lez, Grabels, Lattes, Le Crès, Montaud, Montpellier et Vendargues avec des conseillers municipaux et métropolitains (dix communes concernées) sont représentés par Me Maxime Rosier. 

Deux plaintes sont déposées pour détournement de fonds publics, prise illégale d’intérêts et diffamation publique "pour laver leur honneur et montrer que leur engagement est totalement désintéressé."

Pour laver leur honneur et montrer que leur engagement est totalement désintéressé


Ils reprochent à Philippe Saurel "d’avoir utilisé les ressources et les moyens mis à sa disposition pour l’exercice de son mandat à des fins autres que l’intérêt métropolitain et notamment procédé à l’édition, la mise sous pli et la distribution de "notes d’information" punitives destinées aux seuls administrés des communes dont les conseillers métropolitains ont voté contre le budget primitif." 

Début février 2019, une lettre signée par le président de la Métropole de Montpellier qui dénonçait des maires n'ayant pas voté pour le budget primitif lors du Conseil de Métropole du 31 janvier dernier avait été déposée dans les boites aux lettres des habitants de la Métropole. 

"Ceux qui aujourd'hui se révoltent ce sont ceux qui ne sont plus vice-présidents, ils ont perdu un salaire. Ils avaient aussi l'habitude de taper sur Montpellier, maintenant ils ne taperont plus sur Montpellier" expliquait alors le maire de Montpellier.

C'est inadmissible


Ce jeudi 4 avril, la maire de Pignan, Michelle Cassar est "très en colère par rapport à l'image que le président saurel veut renvoyer des élus. c'est inadmissible car ça ne reflète pas du tout la réalité." Concernant les indemnités: "A Pignan, nous n'avons voté que la moitié des indemnités auxquelles nous aurions pu prétendre de façon à réinjecter l'autre moitié dans le budget de la commune."
 

Philippe Saurel n'a pas pris le manteau de président de la Métropole

Frédéric Lafforgue maire de Castelnau-le-lez ne siège pas à la Métropole. Il ne pouvait pas se porter partie civile mais il est là pour soutenir l’action. "Nous avons un problème de fond. Philippe Saurel n'a pas pris le manteau de président de la Métropole. Il est le super maire de Montpellier et nous sommes les 30 maires, ses adjoints. Il y a eu un carton jaune avec le vote du budget : 12 communes sur 30 ont voté contre ou se sont abstenues. Parmi elle Castelnau.

Aujourd'hui, c'est le carton rouge. Nous voulons remettre les pendules à l'heure


Aujourd'hui, c'est le carton rouge. Nous voulons remettre les pendules à l'heure. Est-il normal que l'argent de nos communes servent à financer de la propagande politique, de la diffamation ? Le rôle d'une métropole, ce n'est pas d'être dans le conflit permanent."
 

Cyril Meunier, le maire de Lattes, est déjà en froid, et c'est un euphémisme avec Philippe Saurel  en ce qui concerne les travaux d'accès à la gare sud de France. Il porte plainte lui aussi : "On fait ça pour qu'il rende des comptes devant la justice. Il se croit où Philippe Saurel ?"

On fait ça pour qu'il rende des comptes devant la justice. Il se croit où Philippe Saurel ?


"Philippe Saurel est devenu un politicien. Il a organisé un clan. Ce n'est pas comme ça qu'on dirige une collectivité. Georges Frêche qui ne manquait pas de caractère respectait les communes. Il y avait un respect. Qu'il ne fasse pas payer par les contribuables sa propre propagande politique," s'insurge René Revols, maire de Grabels.


L'objectif poursuivi n'est pas d'obtenir une condamnation mais d'attirer l'attention sur le fait que l'on est dans une situation de dérives


Pour l'avocat Maxime Rosier "l'objectif poursuivi n'est pas d'obtenir une condamnation. Pas du tout. Le parquet appréciera. L'objectif est d'attirer l'attention des institutions républicaines sur le fait que l'on est dans une situation de dérives."
 

Philippe Saurel porte plainte à son tour


De son côté, Philippe Saurel, réagit en portant plainte pour dénonciation calomnieuse. "Je regrette qu’une minorité d’élus, écartés de l’exécutif de la Métropole, fassent pression sur la justice en intentant des actions dont le seul but est d’occuper l’espace médiatique. 


Je ne peux laisser planer le moindre doute sur mon intégrité


Je ne peux laisser planer le moindre doute sur mon intégrité et mon engagement en faveur de l’intérêt de tous les citoyens."



 

Sur le même sujet

Sète : les daurades de la discorde

Les + Lus