#OnVousRépond : Covid, ce que l'on sait du variant indien ou Delta en Occitanie

Le variant indien désormais dénommé "Delta" est celui qui inquiète les scientifiques. En France, il y aurait eu une bonne centaine de cas détectés, dont 3 en Lot-et-Garonne tout proche de l'Occitanie. Qu'en est-il dans notre région ? Le professeur Jacques Izopet nous explique. #OnVousRépond.

Des tests covid sont réalisés dans le laboratoire de biologie médicale CHU Purpan Toulouse - archives.
Des tests covid sont réalisés dans le laboratoire de biologie médicale CHU Purpan Toulouse - archives. © J-P Duntze/FTV

Lorsque le premier cas du variant indien a été détecté en France, fin avril, sur un couple de Villeneuve-sur-Lot de retour de voyage en Inde, c'est le laboratoire de virologie du CHU de Toulouse qui l'a confirmé.
Aujourd'hui, cette souche mutante du Covid est présente en Nouvelle-Aquitaine, principalement dans les Landes.

Faut-il craindre ce variant dénommé "Delta" comme le précédent variant anglais ? Y a-t-il beaucoup de cas en Occitanie ? Peut-il devenir majoritaire en France ?

Des cas aux portes de l'Occitanie et dans notre région ?

Sur la centaine de cas avérés en France de virus Delta, il n'y en a pas en Occitanie actuellement. Le 9 avril 2021, la première présence en France est authentifiée par le laboratoire de virologie du Pr Izopet. 3 cas dans le Lot-et-Garonne voisin. D'autres plus nombreux suivent dans les Landes, en Gironde et dans les Pyrénées-Atlantiques, le variant indien rôde donc aux portes de l'Occitanie. Notamment à l'ouest du Gers et des Hautes-Pyrénées. Il s'y est même introduit.

Début mai, le navire tanker Bergama sous pavillon maltais arrive à Port-la-Nouvelle dans l'Aude pour un ravitaillement. L’ensemble des dix-huit membres d’équipage a été testé par une équipe SMUR du Centre hospitalier de Narbonne. 12 personnes sont déclarées positives dont 2 avec le variant Delta. Ces personnes ont été placées à l'isolement selon le protocole en vigueur. C'est à ce jour les 2 seuls cas testés positifs en Occitanie. Il y a bien eu une suspicion à Albi mais elle n'a pas été confirmée.

Le variant indien sur les traces du variant anglais ? 

Des variants plus transmissibles, échappant partiellement à la vaccination, voilà ce qui inquiète les scientifiques. C'était le cas du variant anglais sur lequel le laboratoire toulousain vient de faire une publication dans la revue anglaise "Viruses". "Ce virus qui n'était pas présent dans notre région début janvier 2021 est devenu prépondérant mi-février où il représentait 70% des cas. L'étude menée par Chloé Dimeglio pour notre laboratoire démontre que cette augmentation de la présence n'a pas entraîné la même croissance des infections et de la positivité des tests comme c'était le cas en Angleterre", affirme le Pr Jacques Izopet, chef de service du laboratoire de virologie au CHU de Toulouse. Autrement dit, le variant britanique n'a pas été aussi dangereux en France qu'il ne l'a été au Royaume-Uni.

Le variant indien pourrait présenter les mêmes caractéristiques que son prédécesseur. Il est devenu majoritaire de l'autre côté de la Manche. En France, sa présence est inférieure à 1%. "Les premiers cas concernaient des personnes ayant eu un lien avec l'Inde comme ce couple du Lot-et-Garonne revenant d'un voyage en Inde. Maintenant, nous commençons à avoir des contagions "communautaires", c'est à dire sur des personnes n'ayant aucun lien avec l'Inde.".

Un variant Delta sous étroite surveillance en France et à Toulouse

Il existe tout d'abord une surveillance génomique nationale sous forme d'enquêtes flash sur l’ensemble des variants. "Notre laboratoire participe à ces enquêtes. Il est systématique pour les personnes qui reviennent de l'étranger. Ce sont des tests PCR recherchant telle ou telle mutation ou variant. Jusqu'à présent, le variant Delta échappait à ces criblages. Maintenant, tout va être mis en place. Dès lundi, tous les laboratoires dont le nôtre seront en mesure de faire cette détection, en plus des enquêtes flash que nous faisons régulièrement.".

Ce variant Delta présente plusieurs mutations, dont deux apparues sur la protéine Spike, la clé qui permet au virus de pénétrer dans nos cellules. Le virus pourrait être plus résistant et échapper davantage aux anticorps générés par le vaccin. Mais pour l'heure, le variant indien circule peu en France et il est très surveillé.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société vaccins - covid-19 #onvousrépond