Procès Merah : la lettre au vitriol de l'avocat Eric Dupond-Moretti à Bernard Henri-Lévy

Eric Dupond-Moretti / © Joël Saget / AFP
Eric Dupond-Moretti / © Joël Saget / AFP

Le procès Merah ne cesse d'avoir des rebondissements extra-judiciaires. Cette fois c'est un échange d'amabilité entre l'avocat d'Abdelkader Merah et BHL.

Par Fabrice Valery

Pan sur le bec ! Eric Dupond-Moretti, l'avocat d'Abdelkader Merah, a répondu par courrier à une tribune publiée dans Le Point par Bernard Henri-Lévy. Et c'est une lettre au vitriol ! 

Une lettre qui répond à la chronique que BHL a publié dans Le Point, intitulée "Que veut Eric Dupond-Moretti ?" et qui fait notamment référence à la vive altercation entre l'avocat et le journaliste de France Inter Nicolas Demorand. 

Le philosophe y parle notamment ainsi d'Eric Dupond-Moretti : "On a droit à un absurde numéro de donqui­chot­tisme où le plai­deur s’in­vente des moulins (…) N’est pas "avocat dostoïevs­kien" qui veut. Et il y avait quelque chose de pathé­tique dans cette atti­tude victi­maire et narcis­sique, dans cette façon de nous dire que le seul suppli­cié du procès, pour Dupond-Moretti, c’était Dupond-Moretti lui-même". 

Voici l'intégralité de cette chronique, relayée sur le compte twitter de BHL : 
Ce contenu n'est plus disponible

L'avocat d'Abdelkader Merah a donc pris sa plus belle plume pour répondre au philisophe. Et cette réponse ne manque de saveur : l'avocat, en un seul feuillet, règle son compte à BHL. 

Le 3 mai 1936, Magritte a écrit au critique Dupier­roux qu’il n’était "qu’une vieille pompe à merde", je n’ai, hélas, ni le talent, ni l’audace de Magritte.


Surtout, l'avocat insiste sur le fait que BHL se trompe de sujet : "Sur le fond, vous démon­trez que vous ne connais­sez rien aux droits de la défense. (...) Je vous inter­dis de disser­ter publique­ment sur ma sincé­rité et ses élans sans même me connaître"

La lettre a été publiée sur le compte Twitter de Maître Edouard Martial, l'un des deux avocats de l'autre accusé du procès Merah Fettah Malki, un tweet relayé plusieurs milliers de fois : 
Ce contenu n'est plus disponible

Le 2 novembre dernier, la Cour d'assises spéciale a condamné Abdelkader Merah à 20 ans de prison pour association de malfaiteurs terroriste criminelle mais l'a acquitté des accusations de complicité d'assassinat. Fettah Malki a été condamné à 14 ans de prison pour association de malfaiteurs terroriste criminelle. Le parquet général a fait appel et un deuxième procès aura lieu sans doute début 2019. 

Sur le même sujet

Bouzigues : ostréiculteurs en colère

Près de chez vous

Les + Lus