INFO FRANCE 3 : après 7 ans à Perpignan, l'ancien avion de Kadhafi devrait s'envoler pour la Libye "d'ici deux semaines"

INFO FRANCE 3. Des techniciens de EACS, actuel propriétaire de l'Airbus A340 5A ONE, sont à Perpignan (Pyrénées-Orientales) afin de procéder au rapatriement de l'ancien avion présidentiel de Mouammar Khadafi. Selon eux, l'appareil devrait retourner en Libye "dans deux semaines maximum".

L'ancien avion présidentiel de Mouammar Kadhafi est stocké à l'aéroport de Perpignan-Rivesaltes depuis 2014.
L'ancien avion présidentiel de Mouammar Kadhafi est stocké à l'aéroport de Perpignan-Rivesaltes depuis 2014. © Phoenix Aviation - @vincent_vannier

"Il y encore quelques petits problèmes à réparer mais l'Airbus A340 5A-ONE est en très bon état. D'ici une à deux semaines maximum, il sera de retour en Libye" explique en anglais Enweer Abumdas, manager technique de la société libyenne EACS. Ce technicien est depuis quelques jours à Perpignan (Pyrénées-Orientales) avec plusieurs autres employés de l'entreprise libyenne. 

Aux abords de l'aéroport Perpignan-Rivesaltes, la rumeur d'un départ "imminent" de l'ancien avion présidentiel de Mouammar Khadafi circulait avec insistance.

Une récente reprise des opérations de maintenance

Stocké dans le sud de la France depuis 2014, les essais sur cet appareil se multipliaient ces dernières semaines faisant la joie des spotters, ces passionnés d'aviation parcourant les aéroports et aérodromes pour observer, répertorier, prendre des photos d'avions, comme le montre ce tweet.

Après sept ans d'attente, le 5A-ONE a même décollé le 3 mai dernier. Un vol loin d'être anodin. Une étape pour valider sa "réintégration" dans le trafic aérien comme l'explique, cette série de tweet d'un passionné.

Selon le site internet Africa Intelligence, la compagnie d'Etat libyenne EACS (Executive Authority for Air Cargo and Special Flights), propriétaire de l'avion après un long combat juridique, a déboursé 14 millions d'euros pour remettre en état l'appareil.  Il a notamment fallu "combler des impacts de balles sur la carlingue, remettre en état de marche le système hydraulique, repressuriser la cabine, etc".

Objectif : rapatriement en Lybie

Depuis octobre 2020, EACS souhaite envoyer ses techniciens à Perpignan afin de procéder à "la visite d'acceptation préalable au rapatriement de l'appareil". Des problèmes de visas avec l'ambassade de France en Libye ont retardé l'opération. "Nous avons du attendre quarante jours en Tunisie avant de pouvoir arriver sur le territoire français, raconte à France 3 Occitanie, Enweer Abumdas, manager technique de la société libyenne. Nous avons finalement obtenu un visa en France pour deux mois seulement".

Depuis la reprise des tests sur l'avion, cet ingénieur libyen et ces collègues sont à Perpignan (Pyrénées-Orientales) pour superviser les opérations. "L'avion est plutôt en bon état, assure Enweer Abumdas, manager technique de la société libyenne EACS. L'intérieur de l'Airbus n'est pas le "palais volant" que l'on a décrit. Il y a eu des exagérations. Il n'y a pas de jacuzzi par exemple. Il y a un lit, un divan et de la place pour accueillir 76 passagers, dont l'équipage. Dans une ou deux semaines maximum, nous devrions pouvoir le ramener en Libye."

La fin d'une très longue présence du 5A-ONE de Mouamar Khadafi dans le sud de la France. Mais une question reste en suspens : que deviendra cet appareil une fois revenu sur ses terres libyennes ?

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
aéronautique économie