Perpignan : une amende de 5000€ requise pour un faucheur d'OGM

Ce jeudi 15 octobre s'est tenu le procès d'Yves Meunier, faucheur d'OGM. Au mois d'août 2016, 200 faucheurs volontaires ont détruit trois hectares de champ de tournesol à Elne (Pyrénées-Orientales). Le procureur a demandé 5000€ au prévenu. Le délibéré sera rendu le 17 décembre à 14h. 

Ce jeudi 15 octobre 2020, plusieurs centaines de personnes manifestaient en soutien au faucheur d'OGM jugé au Tribunal de Grande Instance de Perpignan
Ce jeudi 15 octobre 2020, plusieurs centaines de personnes manifestaient en soutien au faucheur d'OGM jugé au Tribunal de Grande Instance de Perpignan © FTV / Alain Sabatier
Yves Meunier était seul à comparaître ce jeudi 15 octobre au Tribunal de Grande Instance de Perpignan. Ce faucheur d'OGM est jugé pour avoir détruit à la main, avec 200 autres personnes, trois hectares de tournesol le 1er août 2016 à Elne. Une amende de 5000€ a été requise. Le délibéré sera rendu le 17 décembre à 14h au Tribunal de Grande Instance de Perpignan. 

Manifestation de soutien 

La Confédération paysanne des Pyrénées Orientales avait appelé à la mobilisation ce jeudi 15 octobre à 14h devant le Tribunal de Grande Instance. Le collectif des faucheurs volontaires et le collectif anti-OGM étaient également présents. Ils étaient plusieurs centaines à manifester cet-après midi. "Aujourd'hui, nous sommes là, au procès, pour soutenir un collègue, qui a été pris à parti tout seul alors que nous étions environ 200 participants à faucher ce champ de tournesol VRTH, les variétés restistantes tolérantes aux herbicides." explique Emma Cowley, membre du collectif des des faucheurs volontaires. 
 

Nous étions environ 200 participants à faucher ce champ de tournesol

Emma Cowley, membre du collectif des faucheurs volontaires



43 personnes ont souhaité comparaître en solidarité à Yves Meunier. "Ca se passe toujours comme ça chez les faucheurs parce que nous sommes un groupe, nous sommes ensemble, nous avons tous les mêmes revendications sur le respect du vivant, des plantes et de la diversité contre les OGM" indique la membre du collectif des faucheurs volontaires. Le tribunal a rejeté la demande.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ogm agriculture économie agro-alimentaire environnement justice société