Sécheresse : le manque d'eau cause l'arrêt prématuré de la production d'électricité au lac des Bouillouses dans les Pyrénées-Orientales

La sécheresse est telle dans les Pyrénées-Orientales que le gestionnaire du barrage du lac des Bouillouses est obligé d'arrêter la production d'électricité. L'activité saisonnière cessera la semaine prochaine, au lieu de fin mars habituellement. En cause : le volume trop bas de la retenue d'eau.

En ce 23 février, c'est un paysage enneigé et embrumé qui s'offre à nos yeux dans les Pyrénées catalanes. Un décor de carte postale sur lequel il ne faut cependant pas se méprendre. D'habitude, le barrage du lac des Bouillouses dans les Pyrénées-Orientales atteint son pic de production d'électricité en hiver. Mais cette année, le niveau d'eau est au plus bas et l'activité va cesser la semaine prochaine, au lieu de fin mars en temps normal.

C'est du jamais vu dans la vallée de la Têt. Comme l'ensemble du département, la sécheresse sévit et la retenue d'eau, qui se remplit théoriquement avec la fonte des neiges, doit être préservée en prévision des mois d'été.

La SHEM (Société Hydro-Electrique du Midi), gestionnaire du barrage et de huit sites de production hydroélectriques dans la vallée de la Têt, s'est donc résolue à cet arrêt prématuré. Car le lac des Bouillouses, qui est à son optimum à 17 millions de mètres cubes d'eau en pleine saison, n'affiche aujourd'hui que 2,7 millions de mètres cubes, là où à la même période l'an dernier il y en avait le double. Et il ne faut pas descendre sous 1,2 million de mètres cubes pour le débit réservé de la Têt et l'eau potable des communes alentour. Un niveau qui sera bientôt atteint.

Pas d'incidence sur le réseau électrique

Philippe Gillino, chef du groupement des usines de la Vallée de la Têt, tempère toutefois les inquiétudes :

C'est embêtant mais la saison hivernale n'est pas encore terminée, il se pourrait que nous ayons encore des apports sous forme de précipitations.

Philippe Gillino, chef du groupement des usines de la Vallée de la Têt

En réponse aux prévisions de Météo Pyrénées annonçant de prochaines chutes de neige, sur son compte Twitter, un internaute a posté ces dernières heures une photo du lac à son plus bas niveau, accompagnée de ce commentaire désabusé : "Il faudrait un mois de neige pour bien faire !"

Érigé en 1910, le barrage du lac des Bouillouses, à l'origine dédié à l'alimentation électrique du Train Jaune, régule aussi le cours de la Têt. Là encore, un minimum est requis. L'arrêt anticipé de sa production saisonnière d'électricité n'aura aucun incidence sur l'alimentation du réseau.

Ecrit avec Philippe Georget et Marine Lesprit.