Ces autres soupçons qui pèsent sur l’ancien président de la médecine du travail du Tarn

Deux plaintes ont été déposées auprès du Procureur de la République d'Albi par les dirigeants de la société Tarn Capital Investissement (TCI) et visent l'ancien président de la médecine du travail du Tarn, Guy Audu. / © Archives
Deux plaintes ont été déposées auprès du Procureur de la République d'Albi par les dirigeants de la société Tarn Capital Investissement (TCI) et visent l'ancien président de la médecine du travail du Tarn, Guy Audu. / © Archives

INFO FRANCE 3 - Guy Audu a démissionné le 2 mars 2017 de la présidence de la médecine du travail du Tarn après la découverte de 140 000 euros détournés à son profit. Selon nos informations, des interrogations planent aussi sur ses pratiques à la tête de Tarn Capital Investissement.

Par Sylvain Duchampt

"Durant 15 ans, Guy Audu s’est investi complètement dans la gestion de Tarn Capital investissement. Il n’en a jamais tiré un profit personnel mais si ce que vous dîtes sur la médecine du travail est vrai, il va falloir se poser les bonnes questions…"

A l’autre bout du fil, cet administrateur du fond d’investissement TCI (Tarn Capital Investissement) est effaré et accuse le coup. Il n’était pas au courant de l’affaire concernant celui qu’il connaissait comme président du fond d’investissement TCI. Il n’est pas le seul à désormais s’interroger.

Président du SPSTT (Service paritaire de Santé et du travail du Tarn), délégué général du Medef du Tarn, président du fond d’investissement tarnais Tarn Capital Investissement. Depuis plusieurs années, le chef d’entreprise castrais cumule les casquettes sur le département. Des fonctions que Guy Audu est en train de perdre une à une.

Selon nos informations, le chef d’entreprise a été démis le 21 février 2018 de tous ses mandats au sein de Tarn Capital Investissement. Cette société créée en 1989 à l'initiative du Conseil Général du Tarn a pour mission d’accompagner les entreprises du département dans leur développement, 68 d’entre-elles en aurait bénéficié. Guy Audu en prend la tête, à la fin des années 2000, comme président et directeur général. Le capital de la structure est détenu par des organismes publics (Chambre de commerce et d’industrie du Tarn, BPI France) et du secteur privé (Caisse d’Epargne Midi-Pyrénées, Pierre Fabre…). La gestion opérationnelle est assurée par l’Agate, l’agence de développement économique du département du Tarn, jusqu’en 2015, année de sa dissolution.

Depuis cette date, aucun compte annuel n’a été déposé au Tribunal du commerce d’Albi, aucune réunion du conseil d’administration ne semble avoir été organisée. "Guy Audu n’a pas fait toutes les démarches nécessaires, reconnaît un des administrateurs de TCI. A sa décharge, il s’est retrouvé seul, sans support administratif à partir d’avril 2017 lors de la disparition de l’Agate." 

D’autres membres de Tarn Capital Investissement sont beaucoup moins magnanimes. Plusieurs d’entre eux évoquent un trou de 500 à 600 000 euros de manque à gagner dans la comptabilité du fond d’investissement tarnais. A Tarn Capital Investissement, on refuse de confirmer ou d’infirmer cette information. La nouvelle direction se borne à répondre qu’un audit complet des comptes de la société est en train d’être réalisé sur la gestion de Guy Audu, tout en reconnaissant que les révélations sur la médecine du travail provoquent depuis quelques jours une certaine inquiétude…

Le Medef 81 a lui aussi tranché. Dans un communiqué de presse, daté du 5 mars 2018, le syndicat patronal tarnais assure que "Compte-tenu de la gravité des faits reprochés, et quelles que soient les suites judiciaires qui seront données, M. Audu n’est plus en mesure d’exercer les mandats qui lui ont été confiés par le MEDEF ni ses fonctions de délégué général du MEDEF Tarn." 

Injoignable, Guy Audu reste pour l'heure toujours silencieux.

Sur le même sujet

Hérault : l'Abre sans fin, une nouvelle librairie indépendante dans l'arrière pays

Les + Lus