• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

L’éducateur de foot de Castres écroué pour agressions sexuelles sur mineurs avait tout inventé sur son parcours

INFO FRANCE 3 - Un éducateur de l’US Football Castres est mis en examen pour agressions sexuelles sur des joueurs de son équipe. Arrivé dans le club tarnais en 2017, l'homme de 27 ans s'est fabriqué un passé professionnel pour être embauché par le club castrais.    

Par Sylvain Duchampt

Doudoune du club sur les épaules, lunettes sur le nez, G. pose fièrement pour la photo. L’éducateur est arrivé, il y a quelques mois au sein de l’US Castres Football et en ce début d’année 2018, il a accepté de participer aux jeux des questions-réponses sur son parcours :
 

En tant que joueur j’ai eu la chance et le plaisir d’évoluer en 14 ans fédéraux et 15 nationaux au Paris-Saint-Germain. Suite à 2 blessures consécutive aux ligaments croisés aux deux genoux j’ai dû renoncer à la pratique du football je me suis consacré à l’encadrement des jeunes. En tant qu'entraîneur j’ai coaché dans des clubs parisiens, le Stade Français, le FC Saint-Cloud où j’ai eu en charge des U15. 


10 mois après la publication de cet entretien sur la page Facebook de l’USCF et quelques jours après l’arrestation de l’éducateur pour agression sexuelles sur plusieurs de ses joueurs, tout ceci se révèle être faux.
 

Personne ne se souvient de lui

G. n’a jamais joué pour les couleurs du Paris-Saint-Germain et n’a jamais été en charge des équipes U15 du Stade Français et le FC Saint-Cloud.
L’individu de 27 ans est bien passé dans ces deux clubs parisiens mais jamais comme éducateur.  "Il appartenait bien comme joueur à nos équipes U15, confirme le directeur sportif de la section football du Stade Français, Tarek Nassereddine, mais personne ne se souvient de lui." Même réponse au FC Saint Cloud où le jeune homme ne semble pas avoir laissé un souvenir impérissable.
 

Photo d’un joueur en fond d’écran

En 2009, il quitte la région parisienne pour la Loire-Atlantique, direction le Orvault Racing Club, dans la banlieue de Nantes. Durant trois ans, il va entraîner les équipes de jeunes : "c’était un drôle de personnage avec une histoire personnelle compliquée raconte le directeur du club, Didier Rallier. Il m’avait évoqué son passage au Red Star. Je ne sais pas si c’était vrai ou pas mais en tout cas ce n’était pas un crack du football."
 

La direction du club a été rapidement informée par la Ligue de football de Loire-Atlantique de l’arrestation de G. mais aucune information sur des faits similaires durant son passage n’a filtré. Didier Rallier se rappelle néanmoins "Cela n’a peut-être rien à voir mais une fois, j’ai vu une image de l’un de ses joueurs en fond d’écran de son téléphone portable. Je lui ai demandé de l’effacer tout de suite car ce n’était pas acceptable."
De 2011 à 2013, il passe chez le club voisin du Orvault Sports Football toujours pour encadrer des équipes des jeunes.
 

Un peu "foufou"

Durant une saison, l’éducateur se retrouve sans club avant de trouver une place, en 2014, au sein du club de football du petit village de Bray-sur-Seine (77), le Club Sportif Braytois. "Il n’est pas resté pas longtemps chez nous, 5 mois au maximum apparemment comme emploi aidé. On lui a demandé de partir. Il faisait n’importe quoi" répond un interlocuteur du club au téléphone avant de nous raccrocher au nez.  

Nouvelle saison sans club pour l’éducateur qui atterrit finalement à la rentrée 2016 à l’As Monterreau, toujours en Seine-et-Marne. "Je suis étonné. Il était un peu foufou dans sa tête se souvient un membre de la direction, mais au stade nous n’avons jamais rien remarqué. Il entraînait bien les joueurs et était serviable. Il ramenait régulièrement un jeune chez lui à Provins sans que nous n’ayons jamais rien entendu à son sujet. Il est resté un an avant de retourner dans son coin, près de Castres."  
 

Sur le même sujet

le MHB enfin victorieux en ligue des champions

Les + Lus