La ville de Cannes s'oppose au projet Canua Island, ce trimaran, véritable plage artificielle

Le projet ne cesse de faire des vagues. Canua Island devrait sortir des eaux au printemps. Mais ce projet festif inquiète certains habitants et élus des Alpes-Maritimes et au-delà quant aux pollutions environnementales et sonores.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Imaginez une plage de 500 m² avec un restaurant, un bar, une piscine, une suite VIP, une ambiance musicale. Le tout construit de toutes pièces en pleine mer Méditerranée... Ce projet, Canua Island, était prévu pour voir le jour il y a deux ans dans le golfe de la Napoule dans les Alpes-Maritimes.

Depuis quelques semaines, alors que le trimaran est annoncé sur la Côte d'Azur ce printemps, des voix se lèvent pour s'y opposer. La dernière en date celle du marie LR de Cannes et de son conseil municipal.

Le dossier de la plateforme flottante « Canua Island » a été présenté en conseil d’adjoints de la municipalité de Cannes qui, à l’unanimité de ses membres, a émis un avis défavorable, envoyé à l’État (décisionnaire), à l’implantation de ce type d’installation au large du littoral de Cannes.

Mairie de Cannes, ce 21 mars.

Cette position municipale motivée par dixit "la volonté de protéger l’environnement en raison des risques de nuisances de toutes sortes, la sécurité de la navigation maritime avec l’ancrage d’une plateforme de grande dimension, la concurrence déloyale aux établissements de bains de mer.

Renaud Muselier, le président de la région Provence Alpes-Côte d'azur, s'y est aussi opposé avec Georges Botella, maire de Théoule-sur-Mer.

Dans la plus belle région du monde, où le critère climat-biodiversité est une règle d’or, on doit refuser cette aberration écologique au plus vite !

Renaud Muselier

Twitter, le 13 mars 2023.

Le projet

Sur Internet, le skipper Marc Audineau et le champion du monde planche à voile Tony Philp décrivent ainsi leur idée : " imaginez un îlot insaisissable, qui n’existe sur aucune carte et se déplace au gré des désirs de ses occupants. [...] Une île avec un cadre raffiné, une décoration élégante et une flore exotique."

"50 % des clients viendront avec leur bateau"

"Dans trente ans, avec la montée des eaux, il n'y aura peut-être plus de plage à Cannes. Alors, il y aura des îles artificielles ; celle-ci est la première", expliquaient fin 2020 les concepteurs du projet dans un article du Figaro .

Alors Marc Audineau et Tony Philp se sont lancés dans la création de Canua Island, basée durant la période estivale dans le golfe de la Napoule (en face de Cannes) et qui sera en hivernage dans le Var.

" Ici, l'Estérel nous protège du Mistral, du vent et de la mer", expose Marc Audineau. " Le lieu est magnifique et les fonds sont sableux, donc quand on jette l'ancre, on n'abîme pas la flore. "

C'est un navire à passagers qui pourra accueillir 400 personnes, dont le personnel. Pour une clientèle qui veut passer un moment de rêve en mer, avec 150 couverts en restauration."

Marc Audineau, co-créateur de Canua Island, le 27 février.

"On estime que 50 % de nos clients viendront avec leur propre bateau. Les autres, on ira les chercher à terre", poursuit le skipper.

Initialement prévu au printemps 2021, le projet a pris du retard, " à cause de la crise Covid". Son ouverture est désormais planifiée pour le " printemps 2023".

"On l'a appris par hasard !"

Avant de jeter son ancre dans le golfe, Canua Island commence à en faire couler un peu, de l'encre... " Personne n'était au courant, on l'a appris par hasard !", s'exclame Sylvie Kowarski, une habitante de Mandelieu-la-Napoule.

Avec une autre Mandolocienne, elle a créé une association, Syllau, pour mettre en garde contre les dégâts que pourrait causer ce projet sur l'environnement : " Non à de l’événementiel sur la mer jour et nuit, non à une rotation de 400 personnes par jour, non à l’altération de l’écosystème dans la baie de Lérins".

Ensemble, elles ont lancé une pétition en ligne, qui a recueilli plus de 2.500 signatures à ce jour.

"Je suis un marin, je navigue depuis 35 ans, j'ai toujours pris soin de la mer" , veut rassurer Marc Audineau.

Des barges viendront récupérer les eaux noires pour les ramener à terre dans les eaux de la ville. À bord, les déchets seront triés et ramenés, eux aussi, à terre.

Marc Audineau

Quant au voisinage, le skipper assure qu'il ne s'agit " pas d'une boîte de nuit" que les sources de son seront " verticales pour ne pas qu'elles se propagent". " On travaille avec des associations de riverains pour faire des tests avec eux", poursuit-il.

Mandelieu, ville calme ou lieu de fête ?

À Mandelieu-la-Napoule, un autre habitant est vent debout : Jean-Valéry Desens, ancien candidat aux élections municipales et législatives. "Ça ne va pas dans le sens de l'histoire en terme d'écologie et de consommation de masse ! "

Quand on connaît les coups de vents dans la anse cannoise, avoir une barge à cet endroit est très inquiétant en terme de pollution. Sans compter la concurrence que cela va occasionner avec les restaurants de plage qui ont déjà vu leurs loyers et leurs charges fortement augmenter.

Jean-Valéry Desens, opposant au projet.

France 3 Côte d'Azur le 27 février.

Il s'inquiète également que sa ville, "calme", ne devienne un lieu de fête. "400 personnes qui reviennent de la barge à 1 heure du matin, ça va engendrer du bruit et des nuisances dans la ville."

De son côté, dans un communiqué, la mairie de Mandelieu-la-Napoule dit attendre "le terme de l'instruction de ce projet" avant de prendre position, même si elle qualifie Canua Island comme un "projet innovant".

Un autre navire, publicitaire cette fois, avait aussi  fait des vagues au large de Cannes en 2021.