Le collectif Stop Croisières manifeste à Marseille contre le tourisme de masse

Publié le
Écrit par Chloë Arzouni .

Contre le tourisme de masse, le collectif Stop Croisières se mobilise à Marseille ce mardi dans une action coordonnée et simultanée avec d'autres villes européennes.

Rentrée chargée pour le collectif Stop Croisières.

Après une table ronde sur les bateaux de croisières organisée le 24 septembre dernier, les militants manifestent contre le tourisme de masse ce mardi 27 septembre entre 17h et 19h sur le  Vieux Port.

La manifestation est prévue en simultané dans d'autres grandes villes touristiques à l'occasion de la Journée mondiale du tourisme. Les militants des villes qui manifestent sont membres du réseau "Sud de l'Europe contre le Tourisme de masse", créé en 2018 à Barcelone. 

"Cette manifestation contre le tourisme de masse rejoint l'objectif de Stop Croisières, explique Guillaume Picard, retraité de la Marine Marchande et membre du collectif. "Les problématiques du tourisme de masse englobent celles des croisières, qui impactent nos villes côtières", expose le toulonnais.

"Depuis le 1er septembre, une Zone à Faible Emissions (ZFE) qui exclut le Grand Port de Marseille oblige les marseillais à circuler avec des véhicules propres tandis que des paquebots polluent l'atmosphère, c'est une aberration."

Se mobiliser pour faire changer les choses

Le collectif Stop Croisières réunit plus d'une soixantaine de membres actifs. Ils militent pour l'interdiction de l'accueil de bateaux de croisière dans le Grand Port de Marseille, ou a minima pour la limitation du nombre de navires autorisés à accoster. "Comme à Dubrovnik ou à Palma de Majorque, ils limitent le nombre de navires à trois par jour", rappelle Guillaume Picard. 

Sophie est aussi engagée avec Stop Croisières pour "défendre les luttes locales". La manifestation d'aujourd'hui est une étape importante dans la vie du collectif car "on essaie de se mettre en réseau avec d'autres militants européens concernés par ces problématiques. On ne veut pas que les croisières qu'on arriverait à interdire à Marseille aillent s'installer dans un autre port. C'est pour cela qu'on s'unit avec Barcelone ou Palma de Majorque."

Au programme de la manifestation : sensibilisation, prises de parole, chants et ateliers de confection de pancartes. Plusieurs autres associations sont appelées à manifester, notamment le collectif de lutte contre l'extension de l'aéroport de Marignane et le Centre Norbert Elias, laboratoire scientifique qui souhaite conduire une étude sur l'impact de la pollution liée au trafic maritime.

Une photo prise sous l'ombrière sera identique à celle prise dans les autres villes qui manifestent aujourd'hui (Ajaccio, Barcelone, Cordoue, Lisbonne, Naples, Toulon, Venise...).

Du pavé au parquet 

Durant le confinement de mars 2020, le port de Marseille a accueilli plus d'une quinzaine de navires de croisière en même temps. Leurs fumées ont généré une pollution élevée de l'air, à l'origine de la grogne des militants du collectif Stop Croisières. 

Stop Croisières poursuit sa mobilisation. Après le blocage du navire Wonder of the Seas à l'entrée du port de Marseille en juin dernier et plus récemment une manifestation à la Ciotat, les militants passent du pavé au parquet. Une action collective doit être menée en justice prochainement. 

Un collectif de quatre avocats représente les riverains du port de Marseille et l'association pour déposer plainte contre X. " La plainte recouvre deux aspects : l'un qui représente les riverains, pour mise en danger de la vie d'autrui, l'autre qui représente le collectif Stop Croisières, porte sur la dégradation du littoral et des eaux," expose Maître Aurélien Leroux. Pour l'instant, les avocats attendent encore des témoignages de riverains pour déposer la plainte.

Sur l'année 2022, selon le Club de la Croisière, le port de Marseille a accueilli près de 1,5 millions de croisiéristes et plus de 500 escales de croisières. Des chiffres qui se rapprochent de la fréquentation d'avant l'épidémie de Covid -19. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité