Marseille : trois morts en trois jours dans des règlements de comptes dans les quartiers Nord

En l'espace d'un week-end, trois hommes ont été tués par des tirs à Marseille. Inventaire morbide d'une violence qui va crescendo cet été. Pour des motifs différents et encore nébuleux.
La fusillade s'est déroulée à l'angle de la rue de Lyon et de l'avenue Cap Pinède dans le 15e arrondissement de Marseille.
La fusillade s'est déroulée à l'angle de la rue de Lyon et de l'avenue Cap Pinède dans le 15e arrondissement de Marseille. © Emilie Méchenin / FTV

Cet été est ponctué de fusillades mortelles dans les Bouches-du-Rhône. Dans les quartiers Nord de Marseille, trois hommes ont été tués pendant ce seul week-end. Trois affaires qui ne semblent pas liées entre elles.

Dimanche, un jeune de 23 ans de nationalité algérienne est à l'angle de la rue de Lyon et de l'avenue Cap Pinède (15ème arrondissement), en plein marché aux Puces de Marseille. C'est le haut-lieu des vendeurs à la sauvette et des clandestins.

Selon les riverains, le jeune était un vendeur de cigarettes et aurait été tué pour un vol de portable. Il est 15 heures, une voiture s'approche de lui. Il échange quelques mots avec les occupants du véhicule avant de faire quelques pas et s'effondrer sur la chaussée. Le jeune homme a été tué par deux balles mais treize auraient été tirées. Les pompiers n'ont pas pu le sauver.

Aucun lien entre les trois affaires

Vendredi, autour de 23h30, les faits se déroulent cité des Oliviers, dans le 13ème arrondissement de Marseille. Un homme de 26 ans est tué par balle, atteint par plusieurs tirs notamment à la tête et au ventre. 

La cité des Oliviers est considérée comme un haut lieu du trafic de stupéfiants. Mais la victime est connue des services de police pour des délits n'ayant aucun lien avec le trafic de drogue.

Samedi soir, autour de 21 heures, un homme de 31 ans est tué, le corps criblé par des balles de gros calibres, dans la cité Bégude Nord (13ème arrondissement.) Originaire de cette cité, il y faisait du gardiennage et des ménages.

Un déchaînement de violence est constaté par la police judiciaire saisie pour ces affaires. En deux week-ends, cinq personnes ont été tuées à Marseille, Arles et Tarascon.

"Nous nous trouvons dans des cas très différents", explique la chef d'état-major de la police judiciaire de Marseille.

 "Il n'y a aucun lien entre l'incendie de la cité des Flamants, la maison de l'horreur à Tarascon et les trois derniers meurtres à Marseille (...) Le déferlement de violence a commencé il y a un mois, nous ne sommes pas forcément dans des cas de trafic de drogue," note-t-elle.

Ce constat très clair ne s'accompagne pas d'analyse, pour le moment.    

16 décès depuis le début de l'année

Les Bouches-du-Rhône, et Marseille en particulier, connaissent depuis le début de l'été une flambée de violence et l'homicide de ce dimanche porte à 10 le nombre de personnes tuées depuis le 25 juin. 

Le bilan est à ce jour de 16 décès par mort violente à Marseille depuis le début de l'année :

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
règlements de comptes faits divers criminalité police société sécurité