Régionales 2021 en Provence Alpes-Côte d'Azur : "La majorité présidentielle sera représentée", assure Sophie Cluzel

Après s'être retirée au profit du candidat LR et président sortant de Région Renaud Muselier, Sophie Cluzel explique pourquoi elle sera finalement candidate LREM et l'annonce ce vendredi 7 mai 2021.

 

 

Sophie Cluzel est candidate LREM aux élections régionales de Provence-Alpes-Côte-d'Azur et secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées.
Sophie Cluzel est candidate LREM aux élections régionales de Provence-Alpes-Côte-d'Azur et secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées. © LUDOVIC MARIN / AFP

En politique, bien malin qui est capable d'anticiper les manoeuvres des uns et des autres ! Dernière démonstration : Sophie Cluzel annonçant sur France info, ce vendredi 7 mai 2021, qu'elle serait finalement candidate LREM aux élections régionales de Provence-Alpes-Côte-d'Azur.

"La majorité présidentielle sera représentée au premier tour", déclare la secrétaire d'État aux Personnes handicapées. Qui dénonce un "combat de coqs parisiens", "un très mauvais spectacle", pour justifier son rétropédalage.

L'alliance initiale

D'abord candidate LREM aux élections régionales de Paca, Sophie Cluzel avait finalement décidé de renoncer à partir seule, s'engageant derrière Renaud Muselier, candidat Les Républicains et président sortant de Région.

L'objectif était clair : faire plier le Rassemblement national de Thierry Mariani, que les sondages donnent vainqueur du premier tour. 

Une alliance républicaine, validée par le Premier ministre Jean Castex himself, responsable d'une crise existentielle au parti Les Républicains.

Les Républicains dans la tourmente

Piqué au vif par ce petit jeu provençal entre Cluzel et Muselier, le patron de la droite Christian Jacob annonçait retirer l'investiture LR dudit Muselier. Le "combat de coqs" dont parle Cluzel commence ici. 

Puis la commission nationale d'investiture du parti gaulliste s'est réunie : finalement, Renaud Muselier pouvait partir aux régionales et battre pavillon bleu, Les Républicains étaient d'accord.

Une condition à cela : aucun membre du gouvernement ou parlementaire LREM ne devait figurer sur la liste du président sortant. Au revoir Sophie Cluzel, donc. 

"Paca ne sera pas le rat de laboratoire de la recomposition politique", déclarait Renaud Muselier au lendemain de la réunion au siège du parti. 

Vers un large centre-droit pour 2022

La recomposition politique n'est-elle pourtant pas en marche ?

Faisant suite à "l'affaire Muselier", et emboîtant le pas d'Hubert Falco, maire de Toulon démissionnaire du parti Les Républicains, Christian Estrosi annonçait lui aussi sa démission, le 6 mai 2021

Tous deux entendent marquer leur divergence avec l'extrême droite (à laquelle LR serait selon eux perméable) et amorcer le rapprochement avec Emmanuel Macron, qui pourrait mener une campagne plus à droite pour l'élection présidentielle de 2022. 

Sophie Cluzel ouverte aux autres, mais pas à LR

Prise entre plusieurs feux croisés, Sophie Cluzel a donc choisi de faire campagne par elle-même et pour elle-même, invitant toutes les "forces démocratiques progressistes" à la rejoindre.

"Nous travaillons avec toutes les compétences. Je parle avec Christian Estrosi, je parle avec Hubert Falco", déclare-t-elle encore. 

Quel sera le prochain épisode ? Pour l'heure, Renaud Muselier dit ne pas souhaiter s'exprimer sur la candidature de Sophie Cluzel. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique élections régionales 2021 élections