Meurtre du policier Eric Masson : perpétuité requise pour le principal accusé Ilias Akoudad

Les réquisitions dans le procès pour meurtre du policier Eric Masson sont tombées ce jeudi 29 février devant la cour d'assises d'Avignon. Pour le principal suspect, Ilias Akoudad, c'est la réclusion criminelle à perpétuité qui a été requise assortie d'une période de sureté de 22 ans.

Florence Galtier, l'avocate générale, a requis devant la cour d'assises d'Avignon jeudi 29 février, la réclusion criminelle àperpétuité assortie d’une période de sûreté de 22 ans contre d’Ilias Akoudad, soupçonné d'être le meurtrier d’Eric Masson, le policier abattu sur un point de vente de drogue lors d’un contrôle de police, le 5 mai 2021 à Avignon.

"Quand on perd un enfant, on n'est plus rien"

Florence Galtier a commencé son réquisitoire en reprenant les mots du père d'Eric Masson. "Quand on perd un parent, on est orphelin, quand on perd un conjoint, on est veuf, quand on perd un enfant, on n'est plus rien". Puis, elle a ajouté : "C'est avec ces mots que le père d'Eric Masson a dit sa peine, j'ai dit ces mots parce qu'ils me paraissent vrais". Avant d'ajouter : "Eric Masson a été exécuté sans sommation par un individu ivre de violence, et fier du geste accompli".

L'avocate générale a insisté sur les aveux "tardifs et poussifs" du principal accusé "parfaitement orchestrés", indiquant que la "seule motivation de ces aveux, c'est d’éviter la peine d'incompressibilité". "Vous ne serez pas dupe de cette ficelle très grosse", a-t-elle lancé aux jurés.

"La douleur à perpétuité, c'est celle de la famille Masson qui la vit tous les jours", a indiqué l'avocate générale.

"Votre verdict sera important"

"Vous ne serez pas dupes de ses pseudos aveux, ce sont des faits qui concernent une atteinte globale à la société", explique Florence Galtier. "Il tire à bout touchant et cherche à éliminer un témoin gênant, Romain Reynes, il n'est absolument pas obligé de tirer sur Romain Reynes, votre verdict sera important", poursuit l'avocate générale.

"Vous avez un homme responsable et dangereux, une personnalité parfaitement lucide, il sait parfaitement ce qu'il a fait". L'avocate générale fait référence à un message retrouvé sur le téléphone de l'accusé : "un flic, une balle, justice sociale".

"Par cette peine, vous protégerez la société de sa dangerosité particulière", annonce Florence Galtier, aux jurés.

Six ans et trois ans de prison requis pour les coaccusés

En ce qui concerne les deux autres accusés, Ayoub Abdi, accusé d'avoir aidé le principal suspect dans sa fuite, et Ismaël Boujti accusé de vol aggravé et vol avec effraction, des peines de six ans et trois d’emprisonnement assorties de mandats de dépôt, ont été requises.

Le trio qui comparait avait été interpellé à bord d'un petit véhicule utilitaire dans leur fuite. Pas d'arme sur eux, mais une belle somme d'argent, 3.000 euros, probablement destinée à alimenter leur cavale. Ils avaient été arrêtés sur l'autoroute A9, au péage de Remoulins. Les deux hommes identifiés et surveillés par les BRI (brigade de recherche et d'interpellation) de Montpellier et Marseille, cherchaient à se rendre en Espagne.