La centrale EDF de la Mer de Glace produit de l'électricité pour 50.000 personnes

A 1.560 mètres d'altitude, au pied du Mont-Blanc, des ouvriers s'activent dans de longues galeries creusées dans la roche, débouchant sur une immense cavité glaciaire. La centrale EDF de la Mer de Glace y produit de l'électricité avec l'eau de fonte du plus grand glacier de France. Reportage.

  • Antoine Agasse - AFP
  • Publié le , mis à jour le
© Jean-Pierre Clatot

© Jean-Pierre Clatot

Pour accéder au site, il faut monter à bord du téléphérique EDF des Bois, un hameau de Chamonix où la Mer de Glace descendait encore au début du XIXe siècle. Elle est désormais cachée derrière la montagne, la glace ayant reculé d'un peu plus de 2 kilomètres depuis 1850.

A la gare d'arrivée sur la falaise, débute une série de galeries creusées dans le granit puis un escalier abrupt de 320 marches. On accède alors à 1.490 mètres d'altitude à l'endroit où les ingénieurs d'EDF avaient aménagé leur première "prise d'eau" en 1973 pour capter le torrent sous-glaciaire qui va permettre de produire l'équivalent de la consommation annuelle d'électricité de 50.000 personnes. "Soit une ville comme Annecy", souligne Cyrille Perier, directeur du groupement d'exploitation hydraulique Savoie-Mont-Blanc.

© Jean-Pierre Clatot

© Jean-Pierre Clatot


Mais en 2009, le recul du glacier sous l'effet du réchauffement climatique a laissé ce captage à l'air libre. Des rochers sont tombés dessus, bouchant la prise d'eau.

Heureusement, EDF avait pris les devants en reculant son captage un peu plus haut sous la glace. Et depuis 2011, une nouvelle galerie de 1,1km va chercher l'eau glaciaire encore plus en amont, presque à l'aplomb de la gare du Montenvers. Ce site touristique, accessible par un train à crémaillère, attire chaque année des centaines de milliers de curieux venus faire quelques pas sur le glacier.

Cavité glaciaire

Sous leurs pieds, et sous cent mètres de glace, des ouvriers équipés de lampes frontales fignolent les travaux de maintenance hivernale de la centrale, qui fonctionne à plein régime de mai à novembre, pendant la période de fonte. Michel Arizzi, guide de haute montagne au visage buriné par le vent, asperge la glace turquoise d'eau chaude pour éviter que la cavité ne se referme. "La glace avance de 20 centimètres par jour, on doit toujours entretenir", explique-t-il. 

L'eau de fonte, qui jaillit de la glace en jets puissants, est canalisée dans une galerie d'environ 3km de long et vient s'engouffrer dans un puit blindé de 300 m de haut, avant d'être turbinée dans une centrale nichée dans la montagne. L'ensemble de l'aménagement est presque invisible depuis la vallée.

Lancées à 290km/h, les eaux du glacier chargées de sable (1.000 tonnes par jour) mettent la turbine à rude épreuve: revêtue de céramique pour éviter l'abrasion, celle-ci doit malgré tout être changée deux fois par an. "C'est la turbine qu'on change le plus souvent en France", sourit François-Régis Chevreau, responsable de la centrale.

L'an dernier, la Mer de Glace a encore perdu trois mètres d'épaisseur, selon les mesures des chercheurs du Laboratoire de Glaciologie et Géophysique de l'Environnement (LGGE) de Grenoble. Ils estiment que le front du glacier devrait encore reculer de 1,2km d'ici à 2040, avec une marge d'erreur de plus ou moins 200 mètres. Le captage d'EDF se retrouverait alors à nouveau à l'air libre. "On suit l'évolution du glacier, on va s'adapter", promet Cyrille Perier. "On a encore de belles années de production devant nous", espère François-Régis Chevreau.

L'actu de votre région en vidéo

Dossier : La brigade spécialisée de terrain

Intervenants: Patrick Mairesse, Directeur départemental de la Sécurité publique ; Brigadier-Chef Fabrice, Brigade spécialisée de terrain ; Capitaine Aurélie Plousey, Chef des unités d'appui ; Patrick Mairesse, Directeur départemental de la Sécurité publique ; Renzo Sulli, Maire (PCF) d'Echirolles ; Lionel Beffre, Préfet de l'Isère

Lire l'article
Dossier. Contre le trafic de drogue à Grenoble, la lutte des hommes de la BST
les + lus
les + partagés