Aide aux zadistes du Bois-Lejuc : le procès de Jean-Pierre Simon renvoyé au 12 septembre

Aide aux zadistes du Bois Lejuc : audience reportée
Jean-Pierre Simon, agriculteur haut-marnais du secteur de Bure, devait être jugé mardi 2 mai 2017 par le TGI de Bar-le-Duc (Meuse) pour avoir aidé les zadistes du Bois Lejuc à l'été 2016. Mais le procureur a demandé le renvoi de l'audience au 12 septembre.  - France 3 Lorraine - Eric Molodtzoff et Jean-Pierre Petitcolas

Jean-Pierre Simon, agriculteur haut-marnais du secteur de Bure, devait être jugé mardi 2 mai 2017 par le TGI de Bar-le-Duc (Meuse) pour avoir aidé les zadistes du Bois Lejuc à l'été 2016. Mais le procureur a demandé le renvoi de l'audience au 12 septembre. Explications dans l'article.

Par Jean-Christophe Dupuis-Remond

Le procureur de la République a demandé mardi 2 mai 2017, à l'ouverture du procès, le renvoi de l'audience concernant Jean-Pierre Simon au 12 septembre 2017.

Il explique préférer attendre que le conseil municipal de Mandres (Meuse) régularise sa décision d'échanger le bois Lejuc contre une autre parcelle boisée. Cet échange a été jugé illégal dans sa forme par le tribunal administratif de Nancy qui a donné quatre mois à la commune de Mandres pour le régulariser.

Le procureur souhaite que tout le dossier de cession soit réglé et que le véritable propriétaire du Bois-Lejuc soit légalement identifié avant que le cas de Jean-Pierre Simon soit jugé.

La bétaillère des zadistes

Ce qui est reproché à l'agriculteur de Cirfontaines-en-Ornois (Haute-Marne) c'est d'avoir prêté un tracteur et une bétaillère aux opposants anti-nucléaires opposés au projet Cigeo à Bure (Meuse).

Des faits qui remontent à l'été 2016 lors l'occupation du Bois Lejuc.

Militant de longue date, Jean-Pierre Simon, est ouvertement opposé à l'enfouissement des déchets nucléaires dans le sous-sol de la Meuse et de la Haute-Marne.

Il dénonce notamment l'accaparement des terres agricoles autour de Bure. Selon lui, les autorités locales les redistribuent aux agriculteurs à titre provisoire dans un seul but : pouvoir les leur reprendre plus facilement en cas de nécessité

Procédures en cours


Ce report intervient quelques jours après la décision du même TGI d'expulser le finlandais Sven Lindstrom et les autres zadistes occupant actuellement le Bois Lejuc. Et alors qu'aucune date n'a été annoncée par la commune de Mandres pour prendre une nouvelle délibération de régularisation de cession du Bois Lejuc.

A lire aussi

Sur le même sujet

Maison incendié à Vrécourt (88)

Près de chez vous

Les + Lus