Narbonne: transhumance de 300 brebis dans le massif de la Clape

Le mouton est un débroussailleur né qui aide à la lutte contre les incendies. Dans le massif de la Clape dans l'aude, le pastoralisme est essentiel à l'entretien et à la préservation de ce patrimoine exceptionnel.


Transhumance des brebis de la race raïole, une espèce menacée.
Transhumance des brebis de la race raïole, une espèce menacée. © Frédéric Guibal

Le pastoralisme est une activité qui refleuri depuis une trentaine d'années.

Dans le massif de la Clape Walter Lavolet mène cette expérience depuis deux ans avec son troupeau.
Son troupeau rustique de 300 brebis est composé de tarasconnaises, de caussenardes des garrigues et de raïoles, une espèce menacée dont il ne reste que 2 600 têtes en France. "On travaille sur de la raïole c'est une race en voie de disparition, on est conversion bio et cette race là a besoin d'une bio diversité alimentaire, ici sur le massif de la Clape  ces brebis trouvent vraiment ce qu'il leur faut." Le climat est méditerranéen. Le massif est en grande partie couvert de chênes kermès et de pins d'Alep.

durée de la vidéo: 01 min 49
La transhumance sur le massif de la Clape dans l'Aude

Ce berger fait paître ses brebis dans des vignes en culture biologique.

La culture de la vigne est la principale activité agricole dans le massif.
Les brebis traversent nombre de vignobles en cultures biologiques, pour les viticulteurs l'intérêt est double "en venant paître le troupeau apporte de l'engrais aux cultures et permet un bon entretien".

Grâce à cette activité cet éleveur bio participe à préserver la biodiversité du site.
La Clape abrite le plus vaste site naturel classé du Languedoc-Roussillon
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture bio agriculture économie agro-alimentaire
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter