Cet article date de plus de 6 ans

Saône-et-Loire : les éleveurs bovins dénoncent une baisse des prix qui les étrangle

Les éleveurs bovins dénoncent le "diktat" des grandes surfaces et les prix de plus en plus bas payés aux agriculteurs qui n’arrivent plus à vivre de leur métier. Les Jeunes Agriculteurs de ​Saône-et-Loire ont organisé des opérations coup de poing mercredi 25 juin 2014.

Les éleveurs bovins dénoncent le "diktat" des grandes surfaces et leur politique de prix de plus en plus bas payés aux agriculteurs
Les éleveurs bovins dénoncent le "diktat" des grandes surfaces et leur politique de prix de plus en plus bas payés aux agriculteurs

 


 

durée de la vidéo: 01 min 50
Saône-et-Loire : les éleveurs bovins dénoncent une baisse des prix qui les étrangle

Reportage de Damien Boutillet et Romy Ho-a-Chuck avec:


Pourquoi les éleveurs bovins sont-ils inquiets ?

L’exaspération des éleveurs bovins ne cesse de grandir. Ils dénoncent la pression à la baisse sur le prix payé aux agriculteurs. Semaine après semaine, le phénomène s'accentue, avec quelques centimes de moins payés qui creusent le déficit dans les trésoreries des exploitations.
En avril dernier, la Fédération nationale bovine (FNB) avait déjà lancé une série d'actions "coups de poing" contre les rayons viande des hypermarchés.

Selon les calculs de la FNB (Fédération nationale bovine), les prix payés au producteur ont "dévissé par rapport à l'an dernier de 10% en moyenne et de 40 centimes par kilo-carcasse, soit plus de 150 euros rapporté par animal". En moyenne le coût de production s'élève à 4,50 euros par kilo mais le prix perçu est "désormais inférieur à 3,75 euros".


Quelles sont les actions envisagées ?

Cette fois, ce sont les membres des JA (Jeunes Agriculteurs) de Saône-et-Loire, qui sont passés à l’action. Ils ont débuté la journée par une visite au magasin Auchan de Mâcon. Au programme : l’inspection des frigos et la vérification des étiquettes. "On va essayer de comprendre pourquoi les prix baissent. Il faut que les jeunes puissent continuer à vivre de leur métier", explique Guillaume Gautier, président des JA 71 et éleveur à Bourbon-Lancy. Les manifestants sont repartis avec quelques barquettes de viande qui n'étaient pas d'origine française et qu'ils ont distribuées à la sortie à des clients.

Selon les calculs de la FNB (Fédération nationale bovine), les prix payés au producteur ont "dévissé par rapport à l'an dernier de 10% en moyenne.
Selon les calculs de la FNB (Fédération nationale bovine), les prix payés au producteur ont "dévissé par rapport à l'an dernier de 10% en moyenne.

Les agriculteurs ont aussi rendu visite au restaurant Flunch qui se trouve dans la même galerie commerciale, avant de prendre la direction d'un autre magasin, le Leclerc de Mâcon. Leur tournée s'est achevée au restaurant Courtepaille de la zone commerciale de Crêches-sur-Saône. A chaque fois, la discussion s'est déroulée fermement, mais dans le calme. Les membres des JA ont annoncé qu'ils allaient poursuivre ce type d'actions, notamment à la rentrée de septembre.


Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a annoncé qu'il réunirait "dans les 15 jours" les responsables de la grande distribution afin de "comprendre ce qu'il se passe" et notamment, "pourquoi on irait renégocier à la baisse les prix alors qu'on est près de la déflation".

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie