• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Doubs : Besançon a inauguré son tramway

© Pascal Sulocha
© Pascal Sulocha

Les Bisontins voient enfin le bout du tunnel : le tramway du Grand Besançon a été inauguré samedi 30 août 2014. Pour l’occasion, l'ensemble du réseau Ginko est gratuit tout le week-end. Ce nouveau tramway est présenté comme le "moins cher de France au kilomètre".

Par B.L. avec l'AFP et France 3 Franche-Comté


Le maire de Besançon et président de la communauté d'agglomération de la ville, Jean-Louis Fousseret (PS), a coupé dans la matinée le ruban inaugural du nouveau tramway, avec six mois d'avance sur la date prévisionnelle. 
Le tramway bisontin a un coût de près de 17 millions d'euros au kilomètre, pour un budget global d'environ 254 millions d'euros, selon la Communauté d'agglomération du grand Besançon. En France, environ 25 tramways sont en service et le coût d'une ligne était jusqu'à présent estimé entre 20 et 30 millions d'euros du kilomètre.


Besançon : inauguration du Tramway
Le jour J est enfin arrivé : au centre de maintenance du Tram, dernières consignes, derniers préparatifs.


Besançon, qui est une ville moyenne de 117 000 habitants, a par ailleurs réalisé "le premier tram court de France", adapté à sa taille : ses 19 rames mesurent 24 mètres de long, contre environ 34 mètres pour les rames des autres villes françaises. "J'ai voulu balayer l'idée qu'une ville moyenne ne peut pas avoir de tram, seul mode de transport écologique et silencieux", explique le maire qui a misé sur un tramway "plus court, pour déplacer moins de personnes, mais modulable si besoin".

Les rames bleues du tram de Besançon font désormais partie du paysage. Mais, ce grand chantier fut loin d’être simple.


La rétro du chantier du tram de Besançon

Pour la construction de ce tramway, le constructeur espagnol CAF (Construcciones y auxiliar de ferrocariles S.A.), quatrième groupe mondial dans la construction de matériel ferroviaire, a accepté de se lancer dans la réalisation de rames moins longues. Il a été préféré à Alstom Transports, qui a pourtant deux sites en Franche-Comté, à Belfort et Ornans.

Une rame offre 132 places, dont 38 places assises. Chacune a été baptisée du nom d'une personnalité de Franche-Comté, comme Victor Hugo, Louis Pasteur ou les frères Lumière. Le tramway de Besançon a été financé par l'agglomération et la ville de Besançon, ainsi que par des subventions de l'Etat et de l'Union européenne. La ligne est exploitée par le groupe Transdev.

La nouvelle ligne emprunte un tracé de 14,5 km pour relier 31 stations, du nord-est au sud-ouest de la ville, en passant par la gare et l'hôpital. Quelque 47 000 voyageurs par jour sont attendus à terme, selon les estimations de la Communauté d'agglomération du grand Besançon (Cagb). Pour de nombreux commerçants situés sur le tracé et qui ont souffert des perturbations entraînées par le chantier, c'est la fin de longs mois de galère. 


Les commerçants de Besançon et le chantier du tram


L'inauguration du tramway du Grand Besançon a été retransmise en direct sur France 3


  • A 11h15,  France 3 Franche-Comté a proposé une première émission : Tramway, le Jour J. Ce fut l’occasion de faire le point sur le chantier et sur l'avenir de Besançon.
  • A midi, le JT a été présenté en direct de la place de la Révolution.
  • A 12h50, une nouvelle émission a été proposée pendant 45 minutes, avec ceux qui ont fait le tram... et ceux qui l'emprunteront.
Les équipes techniques et de la rédaction étaient sur place, y compris dans le tram en mouvement ! Florence Cicollela, Jérémy Chevreuil, Aude Sillans, Frank Menestret et Christophe Joly ont fait vivre cette journée spéciale.



A lire aussi

Sur le même sujet

Interview PSA

Les + Lus