Cet article date de plus de 6 ans

Yonne : à Migennes, le lycée technique Blaise Pascal fermera en juin 2016

Denis Rolland, recteur de l’académie de Dijon, et François Patriat, président du conseil régional de Bourgogne, se sont rendus au lycée Blaise Pascal à Migennes lundi 26 janvier 2015 pour annoncer la fermeture de l'établissement. Ils ont eu droit à un accueil un peu mouvementé.
A Migennes, dans la Nièvre, l'annonce de la fermeture du lycée Blaise Pascal en 2016 s'est faite en présence des gendarmes lundi 26 janvier 2015
A Migennes, dans la Nièvre, l'annonce de la fermeture du lycée Blaise Pascal en 2016 s'est faite en présence des gendarmes lundi 26 janvier 2015

Les inquiétudes du personnel du lycée technique Blaise Pascal étaient fondées. D’ici un an et demi, l’établissement (situé à une vingtaine de kilomètres d’Auxerre) fermera ses portes.

Tout est parti d’un incendie qui a détruit les ateliers de la filière microtechnique en mai 2014. 
Une partie des cours de cette section unique en Bourgogne ont été redéployés à Sens et à Auxerre. Une soixantaine de lycéens sont inscrits dans cette filière où l'on enseigne les techniques pour concevoir et réaliser des objets de petites dimensions (microscope, appareil photo, lunettes, etc).


Reportage de Nathalie Baffert et Claude Heudes / Montage : Aurélien Marone-Missud
Intervenants :
Depuis l'incendie, le recrutement a été fermé pour ce bac professionnel industriel. Cette décision s’est répercutée sur tout l’établissement qui va fermer, faute d'effectifs suffisants.
C’est un coup dur pour la ville de Migennes, qui compte 7 500 habitants.

"La reconstruction de ce bâtiment coûte près de quatre millions d’euros. On ne sait pas ce que la Région pourra toucher des assurances", explique François Patriat, président du conseil régional de Bourgogne.
"Peut-on maintenir un lycée pour 70 élèves alors qu’à 8 kilomètres il y a le lycée de Joigny et qu’à 15 kilomètres il y a le lycée d’Auxerre qui sont en capacité d’accueillir ces élèves sur le plan de l’internat et de la formation", a-t-il précisé devant des parents d'élèves qui ont accueilli la nouvelle avec colère.




Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation