Elections régionales : Nicolas Sarkozy veut un accord global avec l'UDI

Publié le Mis à jour le
Écrit par AFP

L'UDI négocie avec l'UMP en vue des élections régionales qui auront lieu en décembre. Le parti centriste veut trois têtes de listes, dont une en Bourgogne/Franche-Comté. "Il n'y aura pas d'accord sur les régionales tant qu'il n'y aura pas d'accord sur tout", prévient Nicolas Sarkozy.


Quand une décision sera-t-elle prise?

"L'UDI veut la tête de liste dans trois régions : Normandie, Centre, Franche-Comté. Nous en reparlerons au lendemain du congrès" du samedi 30 mai, a déclaré Nicolas Sarkozy devant les députés UMP mardi 26 mai 2015.

Selon les participants à cette réunion, le président de l’UMP s'est dit "d'accord sur le principe d'octroyer "trois ou quatre têtes de liste régionales" au total avec l'outre-mer. 
"Nous ne pouvons pas partir unis dans douze régions et partir divisés dans une : l'Ile-de-France", a-t-il précisé.

Qu'est-ce qui bloque les désignations ?

La sénatrice UDI Chantal Jouanno, ancienne ministre UMP de Nicolas Sarkozy, a lancé sa campagne en Ile-de-France, parallèlement à la liste menée par Valérie Pécresse (UMP).
Les deux femmes ont d'ailleurs examiné la semaine dernière des "points de convergence", car la candidature du socialiste Claude Bartolone a rebattu les cartes dans la région.


Qui sont les têtes de listes demandées par l'UDI ?

Depuis le début des négociations, l'UDI réclame les têtes de liste pour Hervé Morin (Normandie), Philippe Vigier (Centre) et François Sauvadet (Bourgogne-Franche-Comté).

Dans un entretien publié vendredi 22 mai, Jean-Christophe Lagarde, a souhaité y parvenir "rapidement"."Si nous devions y parvenir, autant le faire rapidement. Mais manifestement, il faut un peu de temps à l'UMP pour être convaincue que l'opposition ne gagnera que si elle assume sa diversité et additionne ses différences", a-t-il dit. Interrogé sur le fait de savoir s'il "poussait" Chantal Jouanno à faire "alliance au premier tour", il a répondu : "absolument faux".

Dans la future grande Région Bourgogne/Franche-Comté, cela fait plusieurs mois que la droite est divisée. Alors que les élections de décembre approchent, on en est toujours au même point : Alain Joyandet a été désigné chef de file UMP Bourgogne-Franche-Comté et François Sauvadet, chef de file UDI Bourgogne-Franche-Comté pour les régionales.