Après sa démission à la mairie d'Avallon, retour sur la vie politique de Jean-Yves Caullet

Maire d'Avallon depuis 2001, Jean-Yves Caullet démissionne de ses fonctions pour laisser la place aux " nouvelles générations ". Pendant près de 20 ans, il a dirigé la ville et même été élu député. Mais il quitte son fauteuil au moment où de grands enjeux se jouent pour sa ville.

© Archives/ France Télévisions

Après 20 ans de mandat, il a pris sa décision : il ne passera pas une année de plus aux plus hautes fonctions de la ville d'Avallon. Jean-Yves Caullet souhaite passer la main à la nouvelle génération, aux jeunes élus de son équipe. C'est une équipe qu'on élit, pas un maire. Je souhaite que cela soit leur mandat " nous expliquait-il au soir du vendredi 22 janvier, jour de l'officialisation de sa décision. 

Maire puis député de l'Yonne

Les valeurs d'équipe, le natif de Roubaix semble y tenir. Dès sa première élection à l'hôtel d'Avallon en 2001, il clâmait : " Nous avons constitué une équipe, nous avons travaillé en équipe (...) tous les membres de la liste étaient engagés à fond dans notre réflexion préalable, dans notre programme et dans notre campagne ".

Après sa première élection, le socialiste est réélu au premier tour en 2008 puis en 2014. En 2020, avec une équipe renouvelée, il connait plus de difficultés mais l'emporte au second tour, en ballotage face à une liste divers droite et une candidature du rassemblement national.

Pour autant, passées les portes de sa ville, Jean-Yves peine à trouver son électorat. S'il occupe des fonctions dans divers cabinets ministériels, il est battu deux fois aux élections législatives, en 2002 puis en 2007, à chaque fois sous l'étiquette socialiste.

En 2012, il est finalement élu, avant de perdre son siège cinq ans plus tard, sous une nouvelle étiquette politique.

 

Du parti socialiste à la république en marche

En janvier 2017, alors qu'il est membre du Parti socialiste et que se profile le premier tour de la primaire socialiste, il annonce son ralliement à Emmanuel Macron et sa décision de rejoindre le mouvement 'En Marche !'". 

"Ça fait des années que je travaille en loyauté, que je travaille dans le collectif. Je suis socialiste. Dépasser ses convictions pour un rassemblement, ça ne veut pas dire abdiquer ses convictions. Mais entre nous, l'espoir aujourd'hui n'habite pas rue de Solférino. Il faut en prendre acte" avait-il expliqué à France 3 Bourgogne au moment d'annoncer sa décision.

Quelques semaines plus tard, le jeudi 23 mars 2017, il recevait le candidat Macron à Avallon.

Investi par La République en marche pour les élections législatives dans la deuxième circonscription de l'Yonne (dont fait parti Avallon), il perd son fauteuil, battu par André Villiers (UDI).

 

Il continuera de siéger au conseil municipal

À Avallon, Jean-Yves Caullet s'apprête à laisser son fauteuil de maire à Jamilah Habsaoui, sa première adjointe et élue de la majorité depuis 2014. Elle devrait élue par le conseil municipla le 11 mars prochain.

Toutefois, celui qui est également Président du conseil d'administration de l'Office National des Forêts (ONF) n'entend pas sortir de la vie politique avallonaise. Il restera conseiller municipal. 

De grands défis attendent la successeresse, Jamilah Habsaoui, puisque la cité icaunaise est aujourd'hui marquée par trois dossiers majeurs : la construction du nouvel hôpital, la fermeture de l’usine SKF et ses 140 employés menacés et des finances fragiles, récemment épinglées par la chambre régionale des comptes.

 

Retrouvez le sujet de Muriel Bessard et Rachel Nectoux :

 

durée de la vidéo: 02 min 03
Jean-Yves Caullet passe le relai

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique élections municipales 2020 élections