• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Attentats de Bruxelles : 1600 policiers et gendarmes supplémentaires déployés en France

Bernard Cazeneuve arrivant à l'Elysée après les attaques sur Bruxelles, ce mardi 22 mars 2016.
Bernard Cazeneuve arrivant à l'Elysée après les attaques sur Bruxelles, ce mardi 22 mars 2016.

A la suite des explosions dans le métro et à l'aéroport international de Bruxelles, dont le premier bilan fait état de 21 morts, Bernard Cazeneuve annonce le déploiement de 1600 policiers et gendarmes supplémentaires sur le territoire français.

Par M. Ba avec AFP

Les explosions survenues ce matin à Bruxelles, à l'aéroport international et dans une station de métro, ont fait au moins 21 morts, selon un premier bilan provisoire établi peu avant 11 heures. Dans la foulée, le ministre de l'Intérieur français s'est rendu à l'Elysée pour rencontrer François Hollande. A la suite de cet entretien, Bernard Cazeneuve a annoncé le déploiement de 1600 policiers et gendarmes supplémentaires sur le sol français.






Vigilance accrue dans les transports

Ces attaques ont donc déclenché un relèvement de l'alerte antiterroriste à son niveau maximal à travers toute l'Europe. Les lieux stratégiques comme les aéroports internationaux des principales capitales et grandes villes sont particulièrement concernés par ce renforcement des dispositifs de sécurité. C'est le cas en France "en différents points du territoire, à la fois sur les contrôles aux frontières mais également dans les infrastructures de transport aérien, maritime et ferroviaire", a déclaré le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

Dans les transports en commun des "mesures de quatre ordres sont prises", a poursuivi le ministre: l'"accès aux zones publiques des transports uniquement réservé aux personnes munies d'un billet et/ou d'un titre d'identité", "messages de prévention" diffusés, "patrouilles de militaires réorientées sur les sites de transport" dans le cadre de l'opération Sentinelle et "mesures de contrôle et palpation systématisées".

Le point en Bourgogne

Il est pour l'heure impossible de connaître les nouvelles dispositions prises pour la Bourgogne. Tout comme le reste de la France, notre région reste évidemment en plan vigipirate et en état d'urgence.

Si vous êtes sans nouvelles de proches se trouvant à Bruxelles, le ministère français des Affaires étrangères vient d'ouvrir une cellule de crise.



Le réseau social Facebook a également activé un bouton "je suis en sécurité" pour les personnes se trouvant à Bruxelles afin qu'ils puissent rassurer leurs proches, les télécommunications étant fortement saturées.



Sur le même sujet

Extrait film amateur du 8 septembre 1944 et témoignages ancien maquisard

Les + Lus