161ème vente des Hospices de Beaune : pourquoi a-t-on atteint un tel record ?

La 161ème vente des vins des Hospices de Beaune a atteint un volume total record de 11,7 M€. Un résultat proche de la vente de l'année dernière, avec pourtant 280 pièces de vin en moins au catalogue de la vente. Les prix des vins se sont envolés cette année.

Sans exception, les 51 cuvées des Hospices de Beaune ont toutes connu cette année une hausse de leur prix moyen. Dans une tendance de marché plutôt à la hausse, personne ne s'attendait à de telles envolées tarifaires : le cours moyen des vins blancs a augmenté de 100% et celui des vins rouges de 60% !

"Le marché a démarré fort avec des hausses"

Pour cette 161ème vente, on s'attendait à ce que les prix soient à la hausse. Alain Serveau, directeur technique pour la maison Albert Bichot à Beaune, en était convaincu : "On avait prévenu nos clients habituels que l'on aurait des hausses de prix de l'ordre de 40% sur les Rouges et 70% sur les Blancs. Il s'avère qu'on a largement dépassé ces fourchettes de prix !"

Alors pour quelles raisons les prix se sont-ils envolés ? Selon l'expert de la maison Bichot, "forcément avec 280 pièces de vin en moins, on allait avoir des prix élevés ! Les volumes cette année sont nettement en baisse, et, ce qui est rare est cher...!"
Au-delà de cette règle de marché intangible, Alain Serveau décrit le contexte de cette vente : "nous avons préparé nos clients à cette hausse des prix. La maison Bichot a tout de même réussi à acheter des pièces, mais avec un peu moins de clients. Certains sont repartis les mains vides, les prix étant trop élevés pour eux !"

Une hausse des prix durable ?

Pour le Directeur technique de la Maison Bichot, les prix devraient en théorie redescendre : "l'année prochaine, on devrait récupérer des volumes. Il faut se dire que les prix pratiqués cette année sont exceptionnels. Personne ne s'attendait à une telle hausse, mais ce n'est pas dans l'intérêt des Hospices de Beaune de faire de la spéculation !"

Une vente exceptionnelle dans un esprit de retrouvailles

Malgré les tarifs élevés, malgré l'impossibilité d'acheter pour certains à cause de ces tarifs, Alain Serveau conclut "les gens se sont bien retrouvés, la précédente vente avait été une sorte de rendez-vous manqué, à cause de la crise sanitaire. On a des clients qui viennent depuis des décennies, et ce week-end, l'ambiance était là."

Sotheby's, un nouvel opérateur de vente pour les Hospices

Cette année, c'était une première pour la maison Sotheby's France, qui succède à Christie's pour encadrer les enchères
Amayès Aouli, directeur des ventes de vin pour l'Europe Continentale chez Sotheby's, partage ce sentiment d'avoir opéré "une vente record", surtout pour leur première vente à Beaune : "C'est un honneur et un plaisir d'avoir travaillé avec les Hospices de Beaune. Nous sommes arrivés avec beaucoup d'humilité et beaucoup de passion dans cette aventure. "

Amayès Aouli voit 3 explications à cette vente exceptionnelle, à commencer par la rareté d'un très bon millésime. "Deuxièmement, il y a un effet de reprise de conjoncture économique dans le reste du monde, qui a encouragé les acheteurs internationaux. Le troisième élément, c'est une tendance de long terme, de fond, qui dépasse le cadre des Hospices, sur la hausse des prix des vins d'une façon générale."

Des vins qui ont trouvé leur public

Amayès Aouli

directeur des ventes d'Europe continentale chez Sotheby's

Autre élément à prendre en considération, c'est... la Bourgogne : "la Bourgogne bénéficie d'une pédagogie forte, sur ses spécificités, sur ses climats, sur ses traditions, et cela a une résonnance dans le monde, explique Amayès Aouli. La hausse des prix s'explique par des acheteurs exigeants, extrêmement pointus, et des vins qui ont trouvé leur public. En 2013, la Bourgogne représentait 26% des vins que nous vendions dans le monde. En 2020, ça représente près de 50%. Les acheteurs internationaux des Hospices sont avant tout des amateurs de la Bourgogne et des consommateurs."

Pour conclure, le directeur des ventes d'Europe continentale chez Sotheby's rappelle le caractère très particulier de la Bourgogne viticole : "C'est une région qui est unique à beaucoup de niveaux, qui a une typicité précieuse, c'est un élément qui est connu par de plus en plus d'acheteurs à travers le monde."

"C'est une belle réussite !"

Le Directeur des Hospices de Beaune, François Poher, partage les mêmes analyses qui expliqueraient la hausse des prix lors de la 161ème vente des Vins : un millésime faible en volumes, un cours des vins à la hausse, une demande à l'international de plus en croissante pour les vins de Bourgogne, et l'aspect caritatif de la vente qui a pu séduire les enchérisseurs internationaux. 

François Poher ajoute que le résultat obtenu par le millésime est "une reconnaissance du travail qui est fait par toute notre équipe, à la fois de vignerons et en cuverie, sous le pilotage de Ludivine Griveau, une progression de la qualité des vins du domaine, qui année après année ne se dément pas."

Le Directeur des Hospices insiste enfin sur le produit exceptionnel de cette vente et de la pièce de charité, au profit de l'Institut Curie (porté par Pio Marmaï) et de la fédération nationale Solidarité Femmes (portée par Jeanne Balibar) : "Au nom de tous les professionnels de santé, nous avons une grande fierté d'avoir porté la cause des femmes à travers la vente de la pièce de charité. Contribuer à la recherche sur le cancer du sein, c'est une grande fierté, et le fait d'avoir pu porter la parole des femmes victimes de violences qui sont évitables, par la prise de conscience et la mise en place de moyens supplémentaires, c'est une belle réussite. Un tel élan de générosité nous donne une responsabilité supplémentaire !"

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vente des vins des hospices de beaune vins gastronomie culture