Cèpes, chanterelles...malgré un été maussade, la saison des champignons peine à débuter en Franche-Comté

La saison des champignons débute tout juste avec l'arrivée de l'automne. Mais en Franche-Comté, comme ailleurs en France, la météo de cet été et le redoux de septembre ont limité la pousse des champignons. Explications avec Claude Page, mycologue dans le Haut-Doubs.

De la pluie, des températures en dessous des moyennes de saison, pas de grosse chaleur... L'été maussade qui a marqué la France cette année aurait pu favoriser la saison des champignons qui débute cet automne. Pourtant, il n'en est rien pour le moment.

"La saison a été avancée. En Franche-Comté, il a beaucoup plu en août. Cet été, il y a eu une forte poussée de chanterelles, de pieds-de-mouton, de trompettes de la mort... Mais en ces premiers jours d'automne, on ne peut pas dire que ce soit la fête", constate Claude Page, responsable de la section mycologique de la Société d'histoire naturelle du Haut-Doubs.

Moitié moins d'espèces en ce début de saison

Pour lui, plusieurs facteurs peuvent expliquer ce mauvais début de saison : "Il y a eu une absence globale de pluie en septembre, avec même un coup de chaud la semaine dernière. Il y a beaucoup de choses qui nous échappent dans la pousse des champignons. Mais, le mycélium (l'appareil végétatif des champignons, ndlr) a été fortement mobilisé en août. Peut-être qu'il a été épuisé par une vigoureuse poussée précoce."

D'habitude, nous pouvons présenter près de 400 espèces à cette période de l'année. En ce moment, nous sommes aux alentours de 200.

Claude Page, mycologue du Haut-Doubs.

Autre élément qui aurait pu nuire à la pousse des champignons en cette fin de septembre : "La bise a beaucoup soufflé ce mois-ci. Le vent a desséché le sol pendant une dizaine de jours", analyse Claude Page.

Le terrain n'est donc pas encore propice à la cueillette : "Nous organisons des expositions en ce moment et il n'y a pas foule. Les visiteurs nous ramènent très peu de champignons. D'habitude, nous pouvons présenter près de 400 espèces à cette période de l'année. En ce moment, nous sommes aux alentours de 200."

Rien n'est perdu pour les amateurs ou les mycologues aguerris : la saison est encore loin d'être terminée. Des épisodes de pluie ainsi que des alternances entre des périodes de chaud et de froid pourraient favoriser une bonne humidité, et donc la pousse des champignons.

Des chanterelles aux amanites césars en Franche-Comté

Si le climat l'autorise, la saison des champignons devrait de nouveau faire la part belle aux traditionnelles chanterelles, aux trompettes de la mort et aux cèpes de Bordeaux dans les plaines de Franche-Comté.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Les bons champignons (@lesbonschampignons)

L'amanyte phaloïde pourra également être observé en plaine par les connaisseurs. Mais pas ramassée, ou alors en connaissance de cause puisque ce champignon se révèle hautement vénéneux. Il est un des plus dangereux et serait à l'origine de la plupart des accidents mortels, suite à des intoxications. Toujours en plaine, le gris de sapin pourra apparaîtra au pied des sapins, en lisière de forêt : "Mais attention au risque de confusion avec l'entolome livide, un champignon toxique", avertit Claude Page.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Guide des champignons (@guidedeschampignons)

Plus rare, l'amanite des césars pousse particulièrement en Haute-Saône, dans le secteur de Gray, sous les chênes. Sa réputation d'excellent comestible et sa beauté en font un champignon recherché.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Diego Frank Francalanci (@diegofrankfrancalanci)

Dans le Haut-Doubs, des champignons d'altitude

Dans le Haut-Doubs, le terrain de chasse de Claude Page, les promeneurs franc-comtois pourront espérer croiser la route du Glutineux, appelé ainsi pour sa consistance visqueuse : "Il se cuisine très bien au vinaigre, comme un cornichon", précise le responsable de la section mycologique de la Société d'histoire naturelle.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Jacqueline Dymén (@jacbour)

L'hydne imbriqué, également connu sous le nom d' "écailleux" pour l'aspect de son chapeau, fait également partie du patrimoine naturel de la Franche-Comté : "Celui-ci se mange avec la raclette dans le Haut-Doubs", ajoute Claude Page.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par mar & Lily (@mushroomsmalinois)

Parmi les champignons recherchés dans le Haut-Doubs, on retrouve notamment le gris de sapin, le pied bleu ou encore la chanterelle jaunissante.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Philippe Schuller (@le_champiman)

Tous les champignons que l'on peut rencontrer au cours de promenade dans la région de Bourgogne-Franche-Comté sont à retrouver dans le nouvel ouvrage "À la découverte des Champignons de Bourgogne-Franche-Comté", aux éditions Biotope et co-écrit par Claude Page.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sorties et loisirs nature environnement alimentation société gastronomie culture