Coronavirus : "on est à flux tendu mais il n'y a pas d'embouteillage ", les déménagements reprennent

Interrompus pendant 2 mois, les déménagements reprennent. Pour l'heure, les entreprises rattrapent leur retard dû aux semaines passées.  

Sauf urgences, les déménagements ont été interdits entre le 1er avril et le 11 mai.
Sauf urgences, les déménagements ont été interdits entre le 1er avril et le 11 mai.
Depuis le 11 mai, il est à nouveau possible de déménager. Quasiment à l'arrêt dès le 16 mars et l’application du confinement, les déménagements ont même été interdits à partir du 1er avril. Seuls étaient autorisés ceux relevant " d’urgences sanitaires, sociales ou de péril, de déménagements indispensables d’entreprises et de déménagements qui pourraient être rendues nécessaires dans le cadre de l’organisation des soins face à l’épidémie." expliquait alors le ministre des Transports, Jean-Baptiste Djebbari. 

" Le planning est complet jusqu'au mois de juillet "


Ce sont justement ces " urgences " que Nicolas Aubague, directeur d'une entreprise de déménageurs à Dijon, et ses employés ont pris en charge. " On a déménagé quelques médecins du CHU de Dijon vers d’autres CHU par exemple." explique-t-il. 
Hormis ces quelques urgences, « à la marge », les deux mois de confinement ont été synonymes d’arrêt forcé. Depuis la réouverture des entreprises, les déménageurs s'affairent à rattraper leur retard. « On n'a pas eu d'autre choix que de repousser les déménagements, on essaie de récupérer le retard de la mi-mars. Habituellement on a entre 12 et 14 équipes sur le terrain mais on a dû doubler nos effectifs » poursuit Nicolas Aubague.

Pour son homologue, Sébastien Vaufrey, la reprise est tout autant chargée. "On a dû reporter 56 déménagements qui devaient se faire pendant le confinement. Tous ont été déplacés jusqu'à la mi-juin, mais on a également de nouvelles demandes. Le planning est complet jusqu'au mois de juillet."  

"On a du gérer nos clients décalés en priorité, tout en déménageant ceux du mois de mai. On est à flux-tendu mais il n'y a pas d'embouteillage "
renchérit le directeur régional. 

D'autant plus que la période estivale, de la mi-juin à la mi-septembre représente habituellement le point d'orgue de l'année. Environ 40 % du chiffre d'affaire des entreprises. Mais pour l'heure, l'été s'annonce très calme. Nicolas pense savoir pourquoi : " Il s'agit surtout de mutations dans les grandes entreprises, et je pense que la plupart doivent être gelées pour l'instant."

Une reprise en toute sécurité


Sur les routes, les déménagements ont pu reprendre normalement. Munis d'attestations, les employés peuvent à nouveau sillonner la France. Même les déménagements vers l'étranger ont pû reprendre. " Depuis la reprise on est déjà allé à Milan et en Suisse. À l'export, on en prépare également à la Martinique et un autre à San Francisco. Aux Etats-Unis les règles sont drastiques mais on est sûr que notre conteneur arrivera là-bas" abonde Nicolas. Si les règles diffèrent selon les pays, les déménagements ont pu reprendre comme avant en France. " On n’a pas d’interdictions au niveau de l’état français, hormis le fait que l'on doit respecter toutes les règles sanitaires bien-sûr ". 

Sur le terrain, les employés doivent également se soumettre à un protocole bien précis. Aux masques, gants et distanciations désormais connus de tous, se rajoutent des gestes barrières propres au métier. Il ne peut y avoir que 2 personnes par camion et après chaque trajet, les camions sont désinfectés. Sébastien précise : "Quand on fait 2 déménagements dans la même journée on change de camion ". 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société famille logement
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter