Côte-d'Or : à 80 ans, ils rachètent le bal dans lequel ils se sont rencontrés 20 ans plus tôt

Colette et Jean ont rouvert les portes de l'Eden à La Roche-Vanneau (Côte-d'Or) ce dimanche 11 juillet. Il s'agit du bal monté dans lequel ces deux retraités passionnés de danse se sont rencontrés il y a plus de 20 ans.
Colette et Jean ont sauvé de la fermeture l'Eden, anciennement Bal Lazare, de la fermeture définitive.
Colette et Jean ont sauvé de la fermeture l'Eden, anciennement Bal Lazare, de la fermeture définitive. © Gabriel Talon et Loïc Gazar / France Télévisions

Sans eux, l'Auxois ne compterait plus aucun bal monté. Colette et Jean, 83 et 72 ans, ont racheté l'Eden, ex-Bal Lazare, à son ancienne propriétaire il y a un an. Cet établissement situé à La Roche-Vanneau en Côte-d'Or était alors sous la menace d'une fermeture définitive.

Ces deux passionnés de danse se sont rencontrés il y a 21 ans dans ce bal monté, sorte d'ancien dancing itinérant qui a posé ses bagages. Pour eux, il était impensable de laisser fermer ce lieu. "On y est attaché parce que c'est là qu'on s'est rencontré", raconte Colette. "Et puis quand la propriétaire nous a dit qu'elle voulait vendre le bal, on s'est dit que les gens qu'on connaît n'auraient plus d'endroit où aller danser. Et nous non plus, d'ailleurs. Alors on a acheté."

"C'est pour les copains qu'on a racheté ça"

Les danseurs étaient présents pour l'après-midi de réouverture. Malgré la jauge d'accueil de 75 %, la piste de danse était bien remplie. Jean, qui gère la buvette, se dit ravi de cette affluence. "Ça faisait longtemps qu'on attendait ça, mais ça me faisait un peu de souci quand même, parce que je n'étais pas sûr de mon coup", s'enthousiasme-t-il. "Je suis content parce qu'il y a pas mal de monde."

De nombreux danseurs se sont retrouvés sur la piste de danse de l'Eden pour sa réouverture.
De nombreux danseurs se sont retrouvés sur la piste de danse de l'Eden pour sa réouverture. © Gabriel Talon et Loïc Gazar / France Télévisions

Malgré le succès de ce redémarrage, Jean dit ne "pas s'attendre à des miracles". Sa compagne et lui n'ont pas repris l'établissement pour gagner de l'argent. "Pourvu qu'on rentre dans notre budget, c'est tout ce qu'il nous faut", explique-t-il. "Si on a 100-110 personnes, c'est très bien. C'est pour les copains qu'on a racheté ça."

De son côté, Colette s'occupe des entrées dans la salle de bal. Celle-ci a été entièrement refaite, mais le changement de décor est loin de rebuter les habitués. "Ce sont tous des amis, ils sont revenus", lance la nouvelle propriétaire. "Avant ils venaient tous au bal ces gens. Je peux aller vers tout le monde, c'est pour ça que je me sens bien ici !"

Les amis du couple auront l'occasion de revenir. D'ici la fin du mois d'août, Jean et Colette ont en effet prévu un bal tous les dimanches.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
danse culture