Agriculteurs en colère : fumier, pneus, banderoles, jet d'œufs... Comment réagissent les communes ciblées par les manifestations ?

Le mouvement agricole se poursuit, avec par endroits des opérations ciblées contre des institutions. En Bourgogne, elles sont nombreuses à avoir été la cible des agriculteurs. Entre dépôt de plainte et effort de compréhension, les réactions des élus diffèrent.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Du foin, du fumier, des pneus... Depuis le début du mouvement, les agriculteurs font savoir leur colère en déversant tout un tas d'objets devant des mairies, préfectures et autres bâtiments administratifs. Et ces manifestations commencent à gêner certains élus.

Mercredi, la cour de l'hôtel de ville de Venarey-les-Laumes a été saccagée par plusieurs dizaines d'agriculteurs en colère. Du fumier et des pneus ont été déversés, et des banderoles à l'encontre du maire ont été érigées.

À LIRE AUSSI : Colère des agriculteurs : que vont devenir les points de blocages ? Discussions en cours après les annonces du gouvernement

Le maire de Venarey-les-Laumes porte plainte

Ce jeudi, Patrick Molinoz a annoncé porter plainte contre X pour les dégradations subies la veille. S'il est conscient de la situation des manifestants, ces actions ne sont pas du tout au goût du maire de Venarey-les-Laumes. "Ils sont parfaitement légitimes à le faire. Je suis attaché à la liberté d’expression et au droit de manifester. Mais je dénonce sans réserve la méthode utilisée : rien ne justifie de dégrader des bâtiments, de se débarrasser de déchets sur la voie publique, de perturber le travail de fonctionnaires qui n’ont rien à voir avec les sujets agricoles", indique le maire dans un communiqué envoyé ce 1er février.

Les dégradations et la violence ne sont jamais des solutions.

Patrick Molinoz

Maire de Venarey-les-Laumes

Patrick Molinoz annonce également porter plainte contre le ministre de l'Intérieur pour ne pas avoir su protéger la mairie. "Je dénonce fortement le choix de ne pas protéger les bâtiments publics, laissant aux manifestants toutes libertés. Si l’État ne garantit pas l’ordre public et la protection de tous, c'est notre cadre démocratique qui est menacé." Ce dernier compte par ailleurs envoyer la facture des dégradations au ministère, "car il n’appartient pas aux habitants de Venarey-les-Laumes de payer."

À LIRE AUSSI : Agriculteurs en colère : jusqu'à quand les blocages des autoroutes vont-ils durer ?

Les agriculteurs ont ciblé la mairie pour envoyer un message fort à Patrick Molinoz, vice-président à la Région. Michel Neugnot, autre vice-président à la Région, était également concerné par les banderoles à son domicile, selon le Bien Public. Selon la FDSEA 21, plusieurs agriculteurs doivent rencontrer le maire de Venarey-les-Laumes aujourd'hui pour échanger. 

"Ne pas porter plainte, c'est soutenir le mouvement"

Dans la Nièvre, c'est la ville de Château-Chinon qui a été visée. Ce mercredi en fin de journée, des agriculteurs se sont rendus à la sous-préfecture. Les manifestants ont déversé de la paille et du fumier devant et dans la cour du bâtiment. Des œufs ont également été jetés sur la communauté de communes Morvan et Grands Lacs de Château-Chinon.

Maire de la commune, Chantal Marie-Malus ne prend pas ces dégradations de façon personnelle. Selon elle, la simple raison de ces incidents, c'est parce que Château-Chinon est une ville sous-préfecture. "Ça ne m’a pas fait plaisir de voir les tracteurs déposer du fumier et des déchets dans la cour, mais je pense que nos agriculteurs expriment une colère justifiée. Nos employés municipaux ont davantage de travail, mais ce sont les aléas des mouvements sociaux."

durée de la vidéo : 00h00mn23s
Mercredi 31 janvier 2024, les agriculteurs ont déversé paille et fumier devant (et même sur) la sous-préfecture de Château-Chinon. ©Sophie Hémar/France Télévisions

L'élue ne compte pas porter plainte pour autant. "On est complètement solidaires des agriculteurs de la région. Ne pas engager de poursuites, c’est une forme de soutien du mouvement. Si ça se reproduit souvent, je demanderai des frais pour nettoyer les lieux. Mais si on compare à d’autres endroits, les agriculteurs ont été "soft".

À LIRE AUSSI : "Plus qu'une passion, c'est une vie" : malgré la crise, les jeunes se tournent toujours vers l'agriculture

Des antennes de l'OFB visées par le mouvement

Contactée, la préfecture de Côte-d'Or annonce qu'en l’absence de dégradations et de violence, il n'y aura pas d'intervention des forces de l’ordre pour ce type d'actions. Toutefois, le préfet Franck Robine a rappelé à l'ordre la FDSEA 21 au sujet des banderoles affichées devant l'office français de la biodiversité (OFB) de Montbard, où deux noms d'agents figuraient.

Car les mairies et les préfectures ne sont pas les seules institutions visées. L'OFB est également la cible des agriculteurs, comme c'était le cas en début de semaines à Dijon et Montbard.

De nombreuses protestations ont ciblé ces antennes locales, les agriculteurs dénonçant des contrôles excessifs par l'OFB. Le ministre de la Transition écologique Christophe Béchu a "dénoncé ces actes minoritaires. S'en prendre à ceux qui font respecter les règles ne me semble pas être une manière de faire progresser le débat." Le Premier ministre Gabriel Attal a placé l'OFB sous "la tutelle des préfets pour faire baisser la pression des contrôles".