Dans les coulisses des hôtels de luxe de Beaune : "on doit être dans l'authenticité"

La ville de Beaune (Côte-d'Or) concentre à elle seule une dizaine d'hôtels 4 et 5 étoiles. Des structures hors-normes qui cherchent à satisfaire une clientèle internationale... et toujours plus exigeante. Découverte.

On la connaît pour ses hospices, sa gastronomie et ses vins. Pour sa situation idéale, aussi, à proximité de l'ancienne nationale 6 et en plein cœur de la côte viticole. Et puis, surtout, pour son image de luxe, qui fait d'elle un arrêt incontournable pour les touristes qui visitent la Bourgogne.

Cette aura de prestige, Beaune (Côte-d'Or) en a fait son fonds de commerce. En témoigne d'ailleurs la forte concentration d'hôtels 4 et 5 étoiles en son sein : pas moins d'une dizaine y est installée, alors que la ville ne compte qu'environ 20 000 habitants. Un secteur florissant qui attire une clientèle des quatre coins de la planète.

L'hôtel Le Cep, par exemple, accueille des clients de 72 nationalités différentes. "Le profil-type de nos clients, c'est l'épicurien international", sourit Jean-Claude Bernard, directeur de l'établissement. 25 000 touristes étrangers y séjournent chaque année. "Les épicuriens du monde entier convergent à Beaune, la capitale des vins de Bourgogne !"

"Australie, Japon, États-Unis, Brésil... notre clientèle vient du monde entier", abonde Jean-François Martinet, directeur de l'hôtel de la Poste. "Il y a également des personnes d'Europe du nord, ainsi que des Anglais qui sont de fins gourmets et des amateurs de bons vins. Et puis, évidemment, une clientèle française qui nous connaît bien."

Car fidéliser les clients, c'est là tout l'enjeu de cette hôtellerie de luxe. "L'accueil VIP, ce n'est plus vraiment la bouteille de champagne qu'on offre à l'arrivée", souligne Lucie Brindjonc, directrice de l'hôtel du Cèdre. "C'est tout un équilibre pour satisfaire : un équilibre entre qualité de service et luxe, mais aussi garder ce côté 'comme à la maison', avec une certaine proximité qu'il ne faut pas dépasser."

Il faut que les clients prennent leur temps, puissent finir leur conversation tranquillement... On doit être dans l'authenticité.

Lucie Brindjonc,

directrice de l'hôtel du Cèdre à Beaune (Côte-d'Or)

"On a des clients qui viennent chez nous depuis des dizaines d'années", ajoute Jean-Claude Bernard. "Ils sont habitués à ce qu'il y ait toujours quelque chose de nouveau, des créations de nouvelles chambres ou de nouveaux services, un spa, un caveau de dégustation... On est toujours dans la recherche de ce qu'on pourrait inventer qui serait une expérience nouvelle."

Une position que partagent chacun des établissements que nous avons visités. L'idée : faire du séjour à Beaune un moment inoubliable. "Dans l'hôtellerie, on a tendance à ne penser qu'à l'aspect financier. C'est important, bien sûr, mais il n'y a pas que ça : il faut aussi donner du plaisir aux gens qui viennent à nous", estime Jean-François Martinet. "Le but, c'est que le client reste à Beaune. C'est pour ça qu'on essaie au maximum de coopérer avec les autres établissements."

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité