C'est prouvé, les Bourguignons et les Francs-Comtois sont les meilleurs conducteurs de France (ou presque)

Publié le Mis à jour le
Écrit par Lisa Guyenne

Le constat du très sérieux baromètre Ipsos pour Vinci Autoroutes est sans appel : en Bourgogne-Franche-Comté, les conducteurs sont beaucoup plus courtois qu'ailleurs en France. Article garanti (quasiment) sans mauvaise foi.

C'est bien connu : les Bourguignons et les Francs-Comtois sont placides. À tel point qu'ils font partie des Français les plus civilisés sur les routes, d'après le baromètre Ipsos pour la fondation Vinci Autoroutes publié ce mardi dans le journal Le Parisien

Le moins de comportements incivils au volant

La preuve en chiffres : en Bourgogne-Franche-Comté, le nombre moyen d'incivilités au volant est seulement d'1,8 par conducteur ! Même chose en Normandie et dans les Pays de la Loire, ce qui classe ces trois régions dans le haut du panier en matière de courtoisie au volant. En comparaison, nos voisins d'Auvergne-Rhône-Alpes montent à 2,1, le Centre-Val-de-Loire est à 2, de même que la PACA. Évidemment, ce sont les Franciliens qui décrochent la palme des automobilistes les moins sympathiques avec en moyenne 2,3 comportements incivils au volant par conducteur.

Tout cela reste très abstrait, on vous l'accorde. Dans le détail, le baromètre Ipsos a effectué une moyenne par région des cinq incivilités classiques : 

  • les insultes et les injures,
  • les coups de klaxon intempestifs,
  • le fait de coller la voiture qui nous précède pour manifester son mécontentement,
  • les dépassements par la droite sur autoroute,
  • le fait de descendre de sa voiture pour s'expliquer avec un conducteur ennemi.

Les conducteurs dijonnais interrogés par France 3 semblent confirmer cette tendance à la conduite apaisée. "Je suis assez zen dans l'ensemble", nous dit une dame, "Moi je suis calme, je viens de la campagne !", sourit un jeune homme. "Je suis stressée au volant mais je le gère en prenant de grandes respirations : technique de yoga", explique une jeune femme. "Le klaxon, je ne sais même pas m'en servir !" abonde un vieux monsieur.

hheht

En vrai, deux tiers des automobilistes Bourguignons ont déjà insulté un autre conducteur 

Les Bourguignons et les Francs-Comtois font donc partie de ceux qui disent avoir le moins d'attitudes inciviles de France. Mais entre dire et faire, il y a toujours un monde... Comme en témoigne le détail de l'enquête Ipsos : 61 % des conducteurs de BFC disent injurier d'autres conducteurs "parfois, fréquemment ou rarement". Bref, au moins une fois de temps en temps.

De même, nous sommes 47 % à klaxonner de façon intempestive les conducteurs qui nous énervent, 32 % à coller volontairement des véhicules dont l'attitude nous déplaît, 22 % à doubler à droite sur l'autoroute, et 15 % à être déjà descendus de voiture pour nous "expliquer" avec un autre automobiliste.

Autre détail notable : notre capacité à l'autocritique. En BFC, 73 % des conducteurs se disent "vigilants"... Mais ils ne sont que 20 % à estimer que les autres conducteurs le sont aussi ! "J'avoue, je ne suis pas bon", rigole un Dijonnais qui conduit toute la journée pour son travail. "Il me reste trois points sur mon permis, donc je ne peux pas dire que je suis bon, non. Je suis souvent sur mon téléphone. Je donne des leçons à mes filles, mais je fais presque le contraire ! Par contre, je reste zen... Je me fais insulter parfois parce que je suis mal garé, mais je ne réponds pas."

En Bourgogne-Franche-Comté, nous sommes en effet 56 % à nous décrire comme "calmes" au volant, et 31 % à nous juger "courtois". En revanche, 45 % d'entre nous jugent les autres conducteurs "irresponsables"... Et dans le même temps, 10 % des Bourguignons jugent que "quand on conduit, il faut s'imposer face aux autres conducteurs : c'est chacun pour soi". 

Plus sérieusement, cette étude permet aussi de rappeler une chose : au volant, quand les esprits s'échauffent, les altercations peuvent parfois se terminer tragiquement, comme en 2018 à Mâcon, en 2021 à Franois dans le Doubs, et même récemment, il y a quelques jours, à Montbéliard. Alors restons zen, en Bourgogne-Franche-Comté comme ailleurs.